Un Sommet mondial Covid pour préparer les prochaines crises sanitaires

Quel sera notre prochain cauchemar infectieux ? Alors que la Chine, pays d'origine de la pandémie, confine ses grandes villes pour tenir son objectif Zéro Covid, le Sommet mondial Covid qui se tient ce jeudi 12 mai en distanciel se penchera sur les nouvelles défenses à construire face aux prochains risques de crise sanitaire. Des menaces qui pourraient venir de nouveaux virus ou de bactéries multi-résistantes aux antibiotiques.

8 mn

(Crédits : ANDREW GALBRAITH)

Au-delà du Covid, qui a déjà tué 15 millions de malades dans le monde, à quelles menaces devons-nous nous préparer pour la santé du futur ? C'est tout l'enjeu du Sommet mondial Covid organisé ce jeudi 12 mai, deux ans après le déclenchement de la pandémie provoqué par le coronavirus apparu à Wuhan en Chine. Les autorités sanitaires mondiales vont tenter de mesurer la manière dont nous sommes ou pas mieux préparés aux pandémies. « Le sommet, expliquent les pays organisateurs sous l'égide des Etats-Unis, va redoubler nos efforts collectifs pour mettre fin à la phase aiguë de l'épidémie de Covid-19 et nous préparer à de futures menaces liées à la santé ».

Lire aussi 7 mnFace à Omicron et aux nouveaux variants, quels nouveaux défis pour la vaccination ?

Que nous a appris le coronavirus et surtout, quelles pourraient être les prochaines menaces liées à la santé ? Comme le soulignent les États-Unis, l'Allemagne et le Sénégal qui co-président ce sommet : « Nous savons que nous devons nous préparer maintenant à construire, stabiliser et financer la capacité globale dont nous avons besoin, non seulement face aux variants du Covid-19, mais aussi face à d'autres crises sanitaires ». Déjà les réseaux mis en place pour surveiller les maladies émergentes et les nouveaux virus ont été réactivés. Mais des questions demeurent. Pourquoi n'avait-on pas isolé ce nouveau virus et comment l'a-t-on laissé se disperser pendant plus d'un mois ? L'alerte aurait sans doute été plus rapide si le CoV-2 avait émergé dans un pays soucieux d'informer ses voisins des risques sanitaires. Malgré une nouvelle pneumonie atypique en décembre 2019, la maladie n'a pas été assez rapidement circonscrite à Wuhan. Ce qui avait conduit les États-Unis à mettre en cause l'influence de la Chine sur l'Organisation Mondiale de la Santé qui avait tardé à lancer l'alerte entre les premiers cas de décembre et à publier sa déclaration de janvier 2020. Comment garantir que l'OMS soit plus indépendante des États qui la financent et plus réactive la prochaine fois ? La question ne manquera pas d'être abordée lors de ce nouveau sommet.

Quels prochains risques sanitaires ?

Les participants aborderont également les risques sanitaires auxquels nous pourrions faire face dans les prochaines années. Après avoir soigneusement ignoré les avertissements des épidémiologistes pendant vingt ans, les États occidentaux ont compris l'intérêt de se préparer aux prochains assauts microbiens. Les risques les plus classiques sont connus : une mauvaise grippe aviaire passant des oiseaux aux humains (comme cela vient d'être détecté en Chine) ou peut-être un futur variant Covid plus méchant que ceux de la lignée Omicron. Moins médiatisées, les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques et les arbovirus transportés par des moustiques exotiques font aussi partie des grandes inquiétudes sanitaires.

La fin du miracle antibiotique

Sur les bactéries résistantes, les derniers chiffres publiés dans la revue médicale The Lancet font froid dans le dos. Selon différents chercheurs réunis sur le sujet autour de scientifiques de l'Université de Washington, cinq millions de personnes seraient mortes d'infections bactériennes de ce type en 2019... Et selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), elles pourraient causer jusqu'à 10 millions de décès par an. Depuis dix ans, l'apparition de bactéries résistant aux principaux antibiotiques a sonné l'alarme. Ces microbes qui ont trouvé les moyens d'échapper à nos armes défensives sont liés notamment à la mauvaise utilisation des antibiotiques.

« Dans certains pays, on en prescrit dès le moindre symptôme, sans s'assurer par un antibiogramme qu'il s'agit d'une infection bactérienne, confirme Évelyne Jouvin-Marche, directrice de recherche Inserm. On a aussi pâti d'une sur-utilisation antibiotique dans les élevages. La France qui n'était pas vertueuse a diminué cette consommation avec les plans écoantibio 1 et 2. Mais certains sont plus avancés comme les pays d'Europe du Nord et la Grande-Bretagne qui a inversé la courbe de progression des résistances aux antibiotiques. Aujourd'hui, nous avons besoin de mener des études pour bien comprendre les mécanismes de résistance et leurs causes. »

En 2020, le ministère de la Santé français s'est fixé l'objectif de réduire de 25 % la consommation d'antibiotiques d'ici 2024. L'État a mis en place un programme prioritaire de recherche antibio résistance coordonné par Évelyne Jouvin-Marche.

Bien sûr, la solution semble être de créer de nouveaux antibiotiques inconnus des bactéries résistantes. Mais les laboratoires ont réduit leurs investissements dans ces produits. « Quand un nouvel antibiotique est mis sur le marché, il est d'abord réservé au milieu hospitalier pour les patients les plus touchés. Comme très souvent remarqué les bactéries finiront par s'adapter à ces nouvelles molécules et deviendront résistantes. Entre les prix pratiqués et la durée des brevets, la production de nouveaux antibiotiques est devenue peu rentable pour l'industrie pharma. »

En France, la biotech de Toulouse Antabio dirige un consortium de recherche antibio résistance pour la création d'un nouvel antibiotique, de deux logiciels de diagnostic et de modèles économiques adaptés. Ce projet Arpege réunit bioMérieux, les Hospices civils de Lyon et Toulouse School of Economics (Université de Toulouse). Il a reçu 9 millions d'euros du Programme d'investissements d'avenir. Au Royaume-Uni le gouvernement innove pour pousser les big pharma à se relancer dans le développement antibiotique. Il négocie actuellement un accord avec le laboratoire Pfizer et le Japonais Shionogi pour garantir l'approvisionnement du pays en antibiotiques.

Autre alternative : la phagothérapie qui consiste à utiliser des virus sans danger pour les humains mais mortels pour les bactéries résistantes : les phages. Cette façon de soigner des infections avec des virus a longtemps été méprisée en France, trop heureuse du miracle antibiotique. Aujourd'hui, elle revient sur le devant de la scène alors qu'elle génère très peu de résistances. La biotech française spécialisée en phagothérapie Pherecydes Pharma travaille particulièrement sur les multiples résistances de la bactérie E. Coli. À Lyon, une équipe du centre de référence des infections CRIOac développe aussi cette alternative dans le cadre du projet PHAGEinLYON.

Les arbovirus de l'Équateur en Occident

En bonne place parmi les dangers sanitaires : les arbovirus. Ces virus de fièvre jaune ou de dengue transportés par des moustiques pourraient se développer chez nous sous l'effet du réchauffement climatique. Selon les spécialistes, une véritable pandémie dans le monde est peu probable. À part celui de la dengue, les arbovirus ont besoin de ce qu'on appelle un "réservoir animal" à proximité pour se développer, qui sont des singes pour ce type de virus. Cela dit, nous avons déjà un moustique qui joue le taxi pour ces virus en Europe, comme l'explique Anna-Bella Failloux, responsable de l'unité Arbovirus et Insectes Vecteurs à l'Institut Pasteur. « Le moustique tigre est compétent pour transmettre des virus de fièvre jaune, de dengue, de Zika ou de chikungunya. Il est arrivé en Albanie en 1979 puis a rejoint l'Italie en 1990 avant de s'installer en France en 2004. Mais en Europe, ce type d'infection vient toujours de virus importés. Un touriste rentrant de voyage ou venant en France après avoir été contaminé peut se faire piquer par un moustique tigre. L'insecte récupère le virus qu'il transmettra à la prochaine personne qu'il va piquer. Depuis qu'il s'est implanté en Europe, les arbovirus circulent un peu dans le Sud de la France, mais les contaminations restent très limitées.»

Sur la dangerosité, la dengue et la fièvre jaune peuvent être mortelles, alors que le Zika handicape gravement le cerveau des nouveau-nés contaminés. Le chikungunya laisse des douleurs articulaires aux malades pendant un bon moment. Pour ces maladies, le vaccin contre la dengue protège peu avec des effets secondaires gênants et le vaccin contre la fièvre jaune est très compliqué à produire. Actuellement, la biotech Valneva est la plus avancée dans le développement d'un vaccin contre le chikungunya. Si Sanofi avait arrêté celui d'un vaccin contre le Zika en 2017 face à une baisse des financements de l'Armée américaine, Moderna annonce se lancer dans la mise au point d'un vaccin ARN contre ce virus.

Pandémie de labo

Enfin, alors que l'origine du coronavirus-19 n'est toujours pas clairement définie, il reste un autre danger. « Le grand risque dont personne ne parle est celui d'une pandémie partant d'un accident de laboratoire, estime l'épidémiologiste Renaud Piarroux. Plus on manipule et on modifie des virus et plus on augmente le risque d'émergence d'une pandémie. Ces manipulations sont des activités à risque et leur encadrement reste faillible. En 2004, un institut chargé de contrôler la qualité du travail en laboratoire s'est déjà trompé en envoyant pour diagnostic un virus H2N2 qui ne circulait plus depuis 1968 à la place d'un autre bien moins dangereux. Une erreur de manipulation aurait pu le remettre en circulation. Ce type d'accident peut arriver avec ces pathogènes à potentiel de pandémie dits PPP. Leur manipulation n'est pas aussi bien sécurisée que les activités nucléaires alors qu'elles peuvent être aussi dangereuses...» Aujourd'hui, les transferts de matériel infectieux sont mieux encadrés et surtout en France. Mais les virus se jouant des frontières, difficile d'assurer un risque zéro au-delà.

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 12/05/2022 à 15:18
Signaler
Et abracadabra ils vont nous ressortir la possibilité que l'OMS peut prendre des décisions en lieu et place des états en cas de pandémie déclarée par l'OMS voir mieux, passer des traités entre gourvernants pour forcer les états dans le rêve de Schwab...

à écrit le 12/05/2022 à 11:06
Signaler
C'est les US ou les cabines mckinsey qui vont planifier tous cela ?. C'est important car macron et fabius sont en paniques car ils ne savent pas se qu'ils doivent annoncer.. Un acteur est toujours nerveux quand il n'a pas le texte avant la représen...

à écrit le 12/05/2022 à 9:26
Signaler
On m'annonce dans l'oreillette que la quatrième vague sera absolument terrible et commencera juste après les élections législatives. L'avantage du Covid, par contre, c'est que la grippe a complètement disparu des statistiques et que personne n'en es...

le 12/05/2022 à 11:44
Signaler
votre oreillette doit être reliée à radio Moscou ou radio Pékin...les estimations de l'oms sont incomplétes car ne prennent pas en compte les "malades indirects"..quelle manque de considération et d empathie pour les personnes décédées et leurs entou...

à écrit le 12/05/2022 à 9:25
Signaler
Bilan démographique 2021.La fécondité se maintient malgré la pandémie de Covid-19. Au 1er janvier 2022, la France compte 67,8 millions d'habitants. Au cours de l'année 2021, la population a augmenté de 0,3 %.

à écrit le 12/05/2022 à 8:39
Signaler
Déjà, laisser un commentaire c'est immédiatement catalogué de "complotisme", alors pas touche!

à écrit le 12/05/2022 à 8:26
Signaler
Le Covid-19 n'a été un cauchemar que pour les niais. Les gens sensés ont compris que ce n'était qu'une nouvelle forme de grippe

le 12/05/2022 à 9:09
Signaler
@Charlie ...Une nouvelle forme de grippe qui a fait 15 millions de morts "officiels" dans le Monde, sans compter tout ceux qui ont des séquelles du Covid long. On peut rester indifférent et se dire "pour moi, ça va bien". Merci !...et pas se souci...

le 12/05/2022 à 10:25
Signaler
Les seuls a n'avoir pas compris, c'est ceux de la caste dirigeante, pas compris vraiment ?

le 12/05/2022 à 11:24
Signaler
BILAN : 7 800 000 000 population mondiale 15 000 000 de morts en 2 ans de PENDEMIE soit 7 500 000 en un ans, soit 0.096% de mort (personne fragile et de plus de 60 ans ) du COVID dans le monde en majorité non vaccinés . Et avec une croissance...

le 12/05/2022 à 11:29
Signaler
BILAN : 7 800 000 000 population mondiale 15 000 000 de morts en 2 ans de PENDEMIE soit 7 500 000 en un ans, soit 0.096% de mort (personne fragile et de plus de 60 ans ) du COVID dans le monde en majorité non vaccinés . Et avec une croissance...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.