La fréquentation du Salon automobile de Francfort a chuté de 30%

 |   |  410  mots
(Crédits : Reuters)
Cette vitrine de la puissante industrie automobile germanique avait attiré 810.000 visiteurs en 2017 et 932.000 en 2015. L'édition 2019 a été boudé par de nombreux constructeurs et perturbé par des manifestants écologistes, à l'extérieur mais aussi à l'intérieur de l'enceinte.

Le salon automobile de Francfort s'est achevé dimanche soir sur une chute de fréquentation de 30%, avec environ 560.000 visiteurs pour cet événement boudé par de nombreux constructeurs et perturbé par des manifestants écologistes.

Le salon, organisé un an sur deux en alternance avec Paris, a été marqué par l'absence des constructeurs japonais Toyota et Nissan, des américains General Motors et Fiat-Chrysler, des français Renault, Peugeot et Citroën, du californien Tesla, mais aussi de grands noms du luxe, comme Bentley, Ferrari, Maserati et Rolls-Royce

Cette vitrine de la puissante industrie automobile germanique avait attiré 810.000 visiteurs en 2017 et 932.000 en 2015.

Cette année, il faisait la part belle aux nouveaux modèles électriques qui doivent permettre de réduire les émissions de CO2 des véhicules mais sont encore très minoritaires dans les rues.

Quelques heures après avoir inauguré le salon au côté de la chancelière Angela Merkel, le président de la Fédération automobile allemande (VDA), lobby de la filière et organisateur de l'événement, Bernhard Mattes, avait annoncé le 12 septembre qu'il quitterait ses fonctions à la fin de l'année, après moins de deux ans en fonction.

Selon des médias allemands, M. Mattes n'avait plus le soutien des constructeurs.

L'effet Volkswagen toujours pas dissipé ?

L'automobile, secteur stratégique et toujours objet de fascination en Allemagne, pays des marques haut de gamme et des grosses cylindrées, subit des critiques de plus en plus virulentes depuis le scandale des moteurs truqués de Volkswagen qui a éclaté en 2015. Récemment, la mobilisation anti-voiture est montée d'un cran dans le contexte des manifestations pour le climat.

Entre 15.000 et 25.000 manifestants écologistes avaient perturbé le premier week-end d'ouverture au public du salon, réclamant davantage de moyens pour les transports en commun ou le vélo, et criant leur hostilité aux SUV, ces 4x4 de plus en plus populaires auprès des acheteurs mais plus polluants que les berlines classiques.

Le salon envisage de se transformer radicalement avec "plus de formats interactifs et d'expériences" et "plus de présence digitale". "Nous voulons à l'avenir présenter une nouvelle mobilité aux citoyens dans la ville", et non plus seulement dans les murs d'un parc d'exposition, a expliqué M. Mattes, dans un communiqué.

Il a confirmé que la VDA réfléchissait à d'autres villes que Francfort pour accueillir l'événement, alors que des rumeurs évoquent la possibilité d'un déménagement à Berlin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2019 à 18:24 :
Ce type de manifestation que ce soit FRA ou PAR n'est plus en vogue et n'intéresse plus grand monde . A quoi bon d'ailleurs un salon de PARIS en 2020 ?
Reste GVA parce qu'on y voit des marques qui ne vont nulle part ailleurs et parce qu'il y a l'argent et les francs suisses qui vont avec .
a écrit le 23/09/2019 à 18:22 :
Ecolos Démagos, comment vous faites pour vous rendre en ville quand vous habitez à 30 bornes de la ville la plus proche ? En vélo ? Réponse toute faite : habitez en ville... bien sur mon gars, et que vas tu manger dans ton circuit court s'il n'y a pas de producteurs ? l'art et la manière de tout mélanger : les besoins des citadins n'est pas celui des banlieusards, ni ceux des territoires mal représentés... J'imagine bien l'écolo planté avec sa voiture électrique dans le massif central sans borne de recharge... ou nous dire qu'il ira en vacances à vélo à 500 bornes de son lieu d'habitation...
Réponse de le 24/09/2019 à 6:33 :
L'idée n'est pas d'interdire la voiture partout mais là où elle est aberrante, en ville justement ... surtout des diesels, des SUV ou des 4x4 qui n'ont rien à y faire là où la pollution se concentre et la place est réduite ...
Comme pour la voiture électrique, c'est une solution complémentaire de plus, surtout en ville encore une fois comme pour un trajet domicile travail, certainement pas une solution à généraliser. Dans ce pays, il faut être d'un bord ou de l'autre, alors qu'il ne s'agit que de diversifier les solutions pour optimiser leur usage ... Je roule à vélo en ville car c'est moins cher, plus rapide au quotidien , mais on conserve un seul véhicule pour les déplacements en famille ... certains la partage ou la loue à l'année ... la voiture va donc mécaniquement moins se vendre ... et les salons se vident ...
a écrit le 23/09/2019 à 17:20 :
Sur les salons, les gens viennent voir les véhicules extraordinaires qui les font rêver par leur luxe, leur puissance, leur esthétique.
A partir du moment où les marques de prestiges ne sont plus au salon, il est fatal que l'audience chute

Pas besoin d'aller à Francfort pour voir des VW et des Seat, il y a en a plein les rues.

Le problème des innovations technologiques liées à la motorisation c'est qu'elles passent inaperçues en statique aux yeux des profanes. Pour comprendre le saut technologique de la voiture électrique, il faut en conduire une.
a écrit le 23/09/2019 à 15:15 :
Chant du cygne pour l'industrie automobile Allemande...et pour le secteur automobile mondial.
L'industrie aéronautique devrait suivre. Les emplois contre le climat...qui va gagner ? Mais n'est-il déjà pas trop tard pour la planète ? Personnellement, je ne suis pas prêt à changer de voiture (j'entretiens et je fais réparer), je ne prends plus l'avion depuis plus de 10 ans et j'ai viré Facebook.
a écrit le 23/09/2019 à 14:33 :
des bons ecolos, avec de la bonne morale pour les autres
comme segolene royal qui prend l'avion pour aller a l'autre bout de la planete a un meeting ecolo, hein
a écrit le 23/09/2019 à 14:29 :
Et pour dire comme les manifestants ont raison d'interpeller directement les constructeurs étant donné que les consommateurs sont paramétrés à acheter et non à penser, sinon au sein d'une société de l'opulence telle que nous avons c'est le capitalisme qui s'écroulerait, je repense à cet exemple d'une dame avec qui je discutais et qui se plaignait de la consommation et du prix que lui coûtait à l'entretien son... 4x4 !

Je lui ai simplement dis:"Mais pourquoi vous n'achetez pas une petite voiture ?"

"Ha bon vous croyez !?"

Rencontrée quelques mois après elle en avait acheté une et m'a remercié mille fois pour le conseil ! Qu'en effet cela lui coutait beaucoup moins cher... Que voulez vous dire !? Si ce n'est que "la notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes" Nietzsche

Donc c'est aux propriétaires des constructeurs automobiles qu'il faut s'adresser, déjà, rien que de les montrer du doigt directement peut les changer.
Réponse de le 24/09/2019 à 4:07 :
Citoyen blase, vous etes un genie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :