Alstom féminise son conseil et tourne la page Areva

 |   |  507  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le conseil d'administration d'Alstom va accueillir deux femmes. Ainsi en ont décidé les actionnaires. Mais cette féminisation a des limites. Fini le souhait d'un mariage avec Areva que dirige Anne Lauvergeon.

Alstom féminise son conseil d'administration. L'assemblée générale des actionnaires, réunie à Paris ce 22 juin 2010, a approuvé les nominations au conseil de Lalita Gupte, ancien Chief Operating Officer (directrice opérationnel) et administrateur de ICICI Bank Ltd, et de Katrina Landis, Group Vice President de BP Alternative Energy (branche énergie renouvelable de BP).

Le groupe français d'énergie et d'industrie ferroviaire souligne que "ces nominations visent à assurer la diversité des membres du Conseil d'administration. A la fois par leurs nationalités, indienne pour l'une et américaine pour l'autre, par leurs parcours professionnels riches et diversifiés, par leurs réalisations au sein de grandes sociétés telles ICICI ou BP, Lalita Gupte et Katrina Landis sont à même de faire profiter le Conseil de leur expérience internationale et de leur connaissance des marchés sur lesquels intervient Alstom."

A noter que l'assemblée générale a également approuvé le renouvellement des mandats de Georges Chodron de Courcel, Olivier Bouygues et de la société Bouygues. Du coup, le Conseil d'administration d'Alstom, que préside le PDG Patrick Kron, compte désormais 14 membres : Patrick Kron, Jean-Paul Béchat, Candace K. Beinecke, Olivier Bouygues, Georges Chodron de Courcel, Pascal Colombani, Jean-Martin Folz, Lalita Gupte, Gérard Hauser, Katrina Landis, James William Leng, Klaus Mangold, Alan Thomson, Bouygues SA (représentée par Philippe Marien).

Par ailleurs, lors de cette assemblée, Patrick Kron a indiqué ne plus être favorable à un rapprochement capitalistique avec Areva auquel il a racheté avec Schneider Areva T & D (ex-filiale d'Alstom) spécialiste de la transmission d'électricité pour donner naissance à un nouveau pôle dédié à ce segment industriel baptisé Alstom Grid.


"Il faut être deux pour danser le tango. En l'occurrence, nous avons compris qu' Areva n'avait pas très envie de danser et pour dire les choses de manière transparente (...) Nous n'avons plus tellement envie de danser nous-mêmes, donc nous allons rester sur le bord de la piste", a lancé Patrick Kron à un actionnaire. "Il y a un certain nombre de risques sur les projets qu' Areva est en train de mener en ce moment et je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur cadeau à faire à nos actionnaires."

"Bien sûr que nous sommes partisans d'un meilleur fonctionnement de l'équipe de France du nucléaire, de même que nous nous réjouissons quand nous gagnons à l'exportation avec la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) pour proposer des trains à grande vitesse. Est-ce que ça veut dire qu'il faut absolument se marier? (...) Evidemment non". Sur le sujet, henri Guaino, conseiller et "plume " de Nicolas Sarkozy a lancé un peu plus tôt que l'équipe française du nucléaire devait mieux jouer ensemble, tout comme l'équipe de France de football d'ailleurs.

Interrogé sur l'opportunité d'un mariage avec Bouygues - le groupe de BTP contrôlant 31% du capital d'Alstom -, le PDG d'Alstom estimé que la réponse appartenait à cet actionnaire de référence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :