LTDE

A Paris, des logements sociaux à énergie positive

 |   |  296  mots
Dans le 11e arrondissement de Paris, le premier logement social à énergie positive fait un bilan après deux années d'utilisation. Si le coût de construction est plus élevé, locataires et bailleurs sont unanimes : avec davantage de confort et moins charges, la démarche a tout bon.

S'il paraît banal, ce bâtiment du 11e arrondissement de Paris, n'est pourtant pas tout à fait comme les autres. Sur le toit, des panneaux solaires et photovoltaïques, à la cave, un système de récupération des eaux usagées, et partout, des sources de lumière : c'est le premier logement social à énergie positive.

« La particularité d'un bâtiment à énergie positive est qu'il y a un équilibre entre la production et la consommation d'énergie du bâtiment », explique Hélène Bergeron, associée chez Baudouin Bergeron Architectes.

Au quotidien, le bâtiment est alimenté par EDF. Il lui revend son surplus d'énergie, lorsqu'il en produit. Pour limiter la consommation, une série de bonnes idées, comme les volets miroirs ou le puits de lumière dans la cage d'escalier.

«  Au somment, se trouve une large verrière. Aujourd'hui, c'est un jour blanc et nous sommes largement éclairés », indique Hélène Bergeron.

Grâce à des carreaux de verre, la lumière est ensuite récupérée au sein des habitations. Un confort, pour les résidents : « Le radiateur est froid et pourtant dans l'appartement, on est bien », affirme une habitante.

Ce bâtiment a coûté 3 millions d'euros, soit 15% de plus qu'une construction classique. Après deux ans de fonctionnement, le bailleur est satisfait du bilan. « Pour l'énergie de chauffage et d'eau chaude, on est à 50% de coût en moins pour le locataire. Pour les charges générales de l'immeuble, on arrive à 40% de moins, donc c'est considérable », analyse Daniel Schneider, directeur de la construction à la RIVP.

Une initiative qui fera bientôt des émules. Dans le cadre de la Réglementation thermique (RT) 2020, toutes les nouvelles constructions devront produire d'énergie plus qu'elles n'en consomment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :