Net recul du chiffre d'affaires du Club Méditerranée, le titre résiste

 |   |  280  mots
Le chiffre d'affaires au troisième trimestre a reculé de 12,5% à 315 millions d'euros. Des chiffres bien plus mauvais que ceux des deux premiers trimestres. Mais l'action a résisté en Bourse et termine à l'équilibre.

Cela va-t-il relancer les critiques et les appétits de Bernard Tapie ? Toujours est-il que les chiffres trimestriels dévoilés ce vendredi par le Club Méditerranée montre un net tassement des recettes même si le groupe parle de "résistance de l'activité en ligne avec la moyenne de la profession".

En effet, le chiffre d'affaires au troisième trimestre a reculé de 12,5% à 315 millions d'euros (-14% à données comparables), soit des chiffres bien plus mauvais que ceux des deux premiers trimestres (respectivement +2,1% et - 8,6% en brut). Sur neuf mois, le recul est donc un peu moindre : -6,8% à 1,034 milliard, et -7,2% en comparable.

La direction met tout de même en avant quelques points positifs : le moindre recul des réservations cumulées pour l'été (-13,8% au 5 septembre contre -18,3% au 6 juin), la progression des réservations depuis le 27 juin de 6,4% et l'ajustement des capacités estivales avec une baisse de 8,7% qui devrait se traduire favorablement en terme de rentabilité.

Le RevPAB, revenu par lit disponible, chiffre d'affaires total comparable Villages hors taxes et hors transport divisé  par la capacité en lits, a cependant reculé de 4,3% au troisième trimestre mais reste très légèrement positif sur les neuf premiers mois de l'exercice (0,4%).

En outre, le Club souligne la "poursuite de la mise en oeuvre du programme de productivité de 56 millions d'euros qui, combinée à la maîtrise du RevPAB, compense sur le troisième trimestre les impacts de la baisse du chiffre d'affaires sur le Roc Loisirs Village".

En Bourse, le titre Club Méditerranée termine à l'équilibre à 12,90 euros, après avoir oscillé toute la journée entre le vert et le rouge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une preuve supplémentaire du fait que Bernard Tapi n'a pas un flair exceptionnel, c'est juste qu'il ose licencier plus de gens que les autres une fois ses victimes rachetées.
Si on le montre en exemple du mec "qui n'en veut" aux Français, ne nous étonnons pas de voir les patrons suivre son modèle...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le club Med est devenu inaccessible, les prix ont doublés et plus.... se sont des vacances inabordables,réservées aux riches,
exemple :
il y a 9 ans nous pouvions nous offrir 15 jours au club "Otranto" en Italie, aujourd'hui meme pas un séjour ?? pourtant nos revenus n'ont pas changés,
c'est dommage ,car aucuns autres club de vacances ne nous apportent ce que l'on trouvait avec le Club Med, tant pis .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :