Tokyo se mobilise pour Japan Airlines

 |   |  361  mots
Le nouveau ministre japonais des transports a déclaré jeudi que la faillite de Japan Airlines n'était pas à l'ordre du jour, laissant entendre que l'Etat soutiendrait la compagnie aérienne en difficulté, qui recherche de nouveaux financements.

Le nouveau ministre japonais des transports a déclaré jeudi que la faillite de Japan Airlines n'était pas à l'ordre du jour, laissant entendre que l'Etat soutiendrait la compagnie aérienne en difficulté, qui recherche de nouveaux financements.
Ces déclarations de Seiji Maehara interviennent alors que Delta Air lines > et American Airlines, filiale de AMR Corp, discutent séparément d'une prise de participation dans Japan Airlines ( JAL ).
Une source proche du dossier a rapporté mardi qu'Air France-KLM avait lui aussi entamé des discussions avec la compagnie nippone.
"On ne peut pas se permettre de laisser JAL faire faillite", a dit Seiji Maehara lors d'une conférence de presse. "J'espère que JAL procèdera à une restructuration et présentera un solide plan de redressement, pour que les banques puissent prêter de l'argent à la compagnie et que celle-ci se rétablisse d'elle-même."
Le Parti démocrate de Seiji Maehara a remporté haut la main les élections du mois dernier, mettant un terme à cinq décennies de règne quasi-ininterrompu du Parti libéral-démocrate.
JAL a subi de lourdes pertes au dernier trimestre et doit soumettre un plan de redressement au ministère des Transports, chargé de surveiller la restructuration de la compagnie après l'octroi de la garantie de l'Etat pour un prêt de 100 milliards de yens (747 millions d'euros environ).
"Je sais que le temps presse. Je vais écouter les différents experts et parties prenantes. Je dois également interroger JAL sur le contenu des mesures de restructuration et sur leur faisabilité", a dit Seiji Maehara.
JAL cherche à lever 250 milliards de yen additionnels par emprunt et par augmentation de capital, dont une partie pourrait venir de Delta ou d'American Airlines. Cela étant, les banques sont réticentes à l'idée de prêter davantage à JAL tant que le Parti démocrate n'a pas précisé ses positions, ont indiqué des sources bancaires.
Par ailleurs, le directeur général de JAL , Haruka Nishimatsu, a indiqué mardi que la compagnie aérienne prévoyait de supprimer 6.800 emplois dans le cadre d'une restructuration majeure comprenant de nombreuses suppressions de liaisions intérieures et internationales et des ventes d'actifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :