VIDEOS Procès du crash du Concorde : du succès à la chute

 |   |  596  mots
De son premier envol le 2 mars 1969 à son dernier atterrissage le 26 novembre 2003, Concorde aura marqué une page de l'histoire de l'aviation civile. Revivez la en image alors que s'ouvre le procès de son crash.

Alors que va s'ouvrir pour quatre mois le procès du crash du Concorde, avec dans le box des accusés la compagnie aérienne américaine Continental Airlines, deux de ses employés et trois personnalités de l'aéronautique française, revivez en images la saga Concorde. Cette catastrophe avait mis fin prématurément à la carrière du supersonique, qui reste à ce jour l'avion de ligne le plus rapide de l'histoire. Il a volé pour la dernière fois en octobre 2003, après 27 ans de carrière.

Histoire : il fut un temps pas si lointain où New York ne se retrouvait plus qu'en 3h30 de Paris. C'était l'époque où le Concorde traversait l'Atlantique avec une vitesse de croisière de Mach 2, c'est à dire deux fois la vitesse du son. Fruit de la coopération des Français de Sud-Aviation et des Britanniques de British Aircraft Corporation, Concorde est à ce jour l'un des deux seuls avions de ligne supersoniques à avoir déployé ses ailes.

Le projet débute au début des années 60, alors que les Russes planchent de leur côté sur le Tupolev Tu-144. Le 2 mars 1969 à Toulouse, Concorde s'envole enfin pour un premier vol d'essai d'une trentaine de minutes. La même année, il dépasse la vitesse du son pour la première fois puis atteint Mach 2 en novembre 1970. Après plusieurs années de test, l'appareil obtient son certificat de navigabilité fin 1975, ouvrant la voie à son exploitation commerciale.

Le 21 janvier 1976, Air France et British Aiways font décoller leur premier Concorde, pour des vols respectifs Paris-Dakar-Rio et Londres-Bahreïn. Après une série de différends (notamment sur le niveau sonore de l'appareil), les vols commerciaux vers les Etats-Unis débutent en 1977. Et à partir de 1983, Air France limite ses vols à la seule destination de New York.

Succès technique, Concorde ne sera jamais un succès commercial. Seize compagnies se sont pourtant montrés intéressées, allant jusqu'à passer des intentions d'achats. Mais les difficultés financières du secteur aérien, le choc pétrolier, les problèmes liés au bruit ou encore le crash d'un Tupolev en 1978 ont joué en sa défaveur. Au final, seules Air France et British Airways achèteront l'avion supersonique.

Le 25 juillet 2000, le vol 4590 d'Air France s'écrase, deux minutes après son décollage, sur un hôtel de Gonesse en région parisienne. Cet accident fait 113 morts, essentiellement des touristes allemands. Selon le rapport d'enquête du Bureau d'Enquêtes et d'Analyse, ce crash est dû à la présence sur la piste d'une lamelle métallique qui a fait exploser un pneu, provoquant une perforation d'un réservoir et une fuite de kérosène.

Remis en service fin 2001, le Concorde est victime d'une importante baisse de fréquentation alors que ses coûts de maintenance restent très élevés. Air France et British Airways annoncent alors en 2003 son retrait de l'exploitation. Le dernier vol commercial sous les couleurs de la compagnie française décolle de New York vers Roissy le 31 mai 2003. Le 24 octobre 2003, c'est au tour de la compagnie britannique. Un mois plus tard, Concorde se retrouve sur les pistes pour la dernière fois. Il se pose à Filton, siège de British Aerospace (ex BAC), et tourne une page de l'histoire de l'aviation civile.

Retrouvez les moments importants de la saga du Concorde dans les vidéos ci-dessous. 

Premier vol, 2 mars 1969 à Toulouse 

 

Fiche technique du Concorde

 

L'accident de Gonesse

 

Rapport d'enquête du BEA

 

Dernier voyage commercial Air France, 31 mai 2003

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :