Comment la SNCF compte transformer ses gares... en galeries commerçantes

 |   |  403  mots
Copyright Reuters
La compagnie ferroviaire veut transformer ses gares en centres de profits. Fin 2012, huit d'entre elles seront équipées de "boutiques du quotidien".

"Faire des gares des lieux de vie dans la ville", prône le slogan. La SNCF a de grandes ambitions pour ses gares dans lesquelles, selon un sondage Opinion Way qu'elle a fait réaliser, "69% de la population y passe au moins une fois dans l'année", population parmi laquelle "81% des personnes ont entre 18 et 25 ans", indique Sophie Boissard, directrice générale de Gares & connexions de la compagnie nationale. Une cible jeune qu'il s'agit de séduire notamment en gommant l'image de cherté des produits et des services dans les gares et plus largement, en offrant aux voyageurs l'opportunité de faire quelques emplettes avant de prendre leur train voire de vraies courses avant de rentrer chez eux.

La SNCF a donc décidé de rénover ses halls de gare et a choisi à l'issue d'appels d'offre de signer avec quatre consortiums : Relay France, présent dans la presse et les magazines, associé au groupe Casino ; Servex, opérateur néerlandais spécialisé dans le commerce et la restauration en gare, en binôme avec Monoprix ; SSP France, spécialiste de la restauration de voyage sur site de transports qui collaborera avec WHSmith (librairie) ; et enfin Eliance (groupe Elior) qui distribuera des produits du groupe Carrefour.

Offre multiproduits

Toutes ces "boutiques du quotidien", dont l'ouverture est prévue à compter de la fin 2012, répondent à un concept commercial particulier qui consiste "à mêler" dans un même lieu plusieurs offres, explique-t-on à la SNCF. Ainsi si les commerces Relay sont connus pour distribuer journaux, revues et magazines, les futurs espaces du même nom dispenseront également des boissons, ou encore des produits alimentaires de première nécessité. Rien d'autre en fait, que le bon vieux concept du drugstore importé des Etats-Unis. "Nous tâchons de nous inscrire dans les nouvelles tendances de consommation en proposant une offre multiproduits qui permettent notamment de répondre aux besoins du quotidien", renchérit la reponsable de la communication de la branche Gares & connexions, Caroline de Jessey.

Dans un communiqué, Sophie Boissard explique que cette nouvelle offre de services et de restauration "a été pensée pour faciliter la vie des voyageurs au quotidien et qu'elle participe de notre engagement de faire des gares des lieux de services et de vie, ouverts sur leurs quartiers". Huit gares pilotes débutent l'expérience en se transformant en galeries commerciales et 80 autres suivront "si l'expérience est concluante".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2011 à 14:35 :
Toujours en retard d'une guerre. Mieux vaut tard que jamais car en RFA, Suisse, Autriche, Italie, et RU, cela est le cas depuis un bail.
A quand une véritable gare d'inter- connexion TGV en Ile de de France afin de ne pas devoir goûter aux délices du métro parisien entre 2 gares quand on vient du grand Est pour se rendre outre Manche par exemple ? Sans oublier la liaison calamiteuse entre Roissy et le centre ville. Les grands aéroports londoniens (Heathrow et Gatwick ont des lignes dédiées avec du matériel moderne).
a écrit le 29/10/2011 à 19:53 :
quand l'actualité rejoint la fiction : voir la question de la privatisation des gares dans "l'exercice de l'état" qui vient de sortir sur les écrans
un excellent film à conseiller
a écrit le 26/10/2011 à 16:24 :
Cela existe depuis des lustres outre-Manche, en Suisse, Autriche, Italie etc. Comme toujours la France arrive après les carabiniers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :