Air France ne deviendra pas Air Hollande

Selon nos informations, la direction, qui a reporté à 2013 son projet de renforcer le holding Air France-KLM, aujourd'hui une coquille vide, installera ses bureaux à côté de ceux de sa plus grosse filiale Air France. Et non pas dans le cœur de Paris comme évoqué, ni à Amsterdam, qui lui aurait permis de bénéficier d'une taxation plus clémente qu'en France, soit 865 millions d'euros d'économies.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

 Aujourd'hui domicilié dans l'aérogare des Invalides, au c?ur de Paris , Air France-KLM, le holding qui coiffe Air France et KLM, va installer son siège, non pas dans le c?ur de Paris comme des informations de presse l'évoquait à l'automne (le très cher 8e arrondissement revenait même souvent) mais à l'aéroport de Roissy, selon nos informations. Plus précisément à côté du siège d'Air France, vers l'hôtel Hilton, dans un immeuble en construction, dont une partie serait louée.

Le groupe évite ainsi les critiques d'une installation au c?ur de Paris, dont le prix des loyers aurait pu heurter les salariés appelés à se serrer la ceinture. En ne s'installant pas dans les locaux d'Air France, il évite aussi les critiques des Néerlandais de KLM, qui auraient pu y voir un acte hégémonique de la compagnie française.

Aujourd'hui, la mise en place de cette structure est prévue en 2013. "La mise en place du holding Air France-KLM de plein exercice, qui devait avoir lieu au début de l'année 2012, est reportée courant 2013", précisait le communiqué du groupe du 17 octobre en officialisant le départ de Pierre-Henri Gourgeon, l'ancien directeur général d'Air France et d'Air France-KLM.

Le holding regroupera des fonctions stratégiques

Ces nouveaux locaux s'inscrivent dans la stratégie de renforcer Air France-KLM en y faisant remonter un certain nombre de fonctions de chacune des compagnies. Le groupe fonctionne en effet aujourd'hui avec un holding, Air France-KLM, maison mère de deux filiales à 100 %, Air France et KLM. Ces deux dernières ont conservé en réalité le pouvoir face à un holding, qui n'est rien d'autre pour le moment qu'une coquille vide.

Pour gagner en efficacité, l'objectif est donc de renforcer le pouvoir du holding en y faisant remonter des fonctions stratégiques afin de mieux coordonner les compagnies. Ce projet était porté par Pierre-Henri Gourgeon, avant qu'il ne se fasse remercier à l'automne. Reprenant alors les manettes, Jean-Cyril Spinetta décidait de suspendre ce projet. L'objectif était de redresser les deux filiales, Air France en particulier, avant d'envisager aller plus loin dans le rapprochement entre Air France et KLM. Et de créer une structure permettant d'intégrer facilement d'autres transporteurs.

En 2004, le choix des Invalides pour ne pas heurter KLM

Le choix de ne pas rester aux Invalides est conditionné au manque d'espace de ce bâtiment qui, non seulement abrite quelques bureaux dont celui du PDG du groupe Jean-Cyril Spinetta, mais également accueille les conseils d'administration du groupe (et aussi d'Air France, qui se déroule juste avant, pour des raisons de praticité). Le choix de Roissy traduit l'évolution des mentalités au sein du groupe. Quand Air France a croqué KLM en mai 2004, Jean-Cyril Spinetta avait (officieusement) choisi un endroit, qui pouvait apparaitre neutre aux Néerlandais pour maintenir l'illusion d'un mariage paritaire. Aujourd'hui, ces derniers, qui ont constaté qu'ils n'avaient rien perdu de leur autonomie, semblent favorables à Roissy pour se rendre au conseil.

Des économies de 865 millions d'euros si Air France était basée aux Pays-Bas

Air France-KLM ne va donc pas (évidemment) transférer son siège à Amsterdam pour payer moins de taxes et de charges. Certains observateurs feignaient de le croire après les multiples déclarations de la direction depuis des années à propos du manque de compétitivité de la France. En juillet 2010, le Vice-président du développement d'Air France, Gilles Bordes-Pagès s'interrogerait publiquement.  « Combien de temps encore Air France pourra-t-elle supporter un différentiel de 4 à 6 points de chiffre d'affaires par rapport à une Air France qui serait à Amsterdam comme l'a fait par exemple EADS ? Nous ne pourrons pas rester longtemps avec un tel niveau de taxes et de charges, qui mettent hors jeu les compagnies françaises ». Il avait chiffré à 865 millions d'euros les économies qu'aurait entraîné le passage sous pavillon néerlandais. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 14/05/2012 à 10:47
Signaler
Il y a plein de sociétés européennes de droit néerlandais basées à Amsterdam. L'alternative est séduisante (presque un milliard d'euros de gain) mais cette soulte devra être utilisée uniquement au désendettement et non pour augmenter certaines catég...

à écrit le 13/05/2012 à 12:28
Signaler
Toutes ces profondes considérations ne résolvent pas le problème de la compétitivité , Air France l'étant de moins en moins devant des companies qui maintenant atterrissent à proximité de la France pour diminuer les coûts. J'ai étudié pour de nombreu...

à écrit le 13/05/2012 à 11:02
Signaler
Ce n'est pas Air Holande ... mais Jetollande ... il ne va pas voyager dans un simple avion ?... Il lui faut un jet privé !!!

à écrit le 12/05/2012 à 9:46
Signaler
Le rôle de l'Etat est curieux. Il s'opposerait logiquement à AF si ce dernier s'installait à Amsterdam, et il a laissé faire EADS. Que EADS, maison mère d'Airbus ne paie pas d'impôts en France est quand même fort de café. Et en plus dans toutes les q...

le 12/05/2012 à 16:43
Signaler
EADS n'est pas une société normale contrairement à Air France. Il s'agit d'une joint venture entre deux grands pays d'europe principalement. Les concurents mondiaux subventionnent lourdement leurs champions respectifs dans ce secteur. Dans cette circ...

le 12/05/2012 à 18:52
Signaler
Je ne vois pas en quoi AF est une entreprise normale. Si on enlève la défense, EADS est beaucoup moins stratégique qu'AF. Pour l'économie française en général, il vaut mieux AF qu'Airbus... même en termes d'emplois. Et ne venez pas me sortir le comme...

le 14/05/2012 à 10:34
Signaler
AF, on discute a 2, et en - légère -position de force. EADS, on discute à plein , dont les allemands , et on est minoritaire..pas forcement les moyens d'imposer quoi que ce soit aux autres. pour le cote stratégique de la chose...AF, c'est une sociét...

le 14/05/2012 à 10:49
Signaler
c'est ce que j'ai dit. Hors défense, c'est à dire Airbus est moins stratégique

le 14/05/2012 à 15:19
Signaler
N'importe quoi... Pour EADS, on discute surtout à deux : france et allemagne ont chacun 40% du Conseil d'Administration, donc 80% à deux. Et venir dire que AF est plus stratégique qu'Airbus en dit long sur les progrès qu'il nous reste à faire en term...

le 16/05/2012 à 23:22
Signaler
Cà c'est la vue simpliste. Sans AF, c'est toutes les entreprises à l'export qui seront handicapées. Les entreprises ont besoin d'une compagnie qui a gros réseau. 100% de nos hommes d'affaires ne peuvent passer par des hubs étrangers ou utiliser des c...

le 16/05/2012 à 23:24
Signaler
il faut penser le problème dans sa globalité pour l'économie. C'est pas parce qu'il y a très peu de producteurs d'espadrilles aussi performants que les français que la fabrications d'espadrilles françaises est stratégique. Cet exemple absurde veut mo...

à écrit le 12/05/2012 à 8:39
Signaler
En affaire, il est tres dangereux de faire du patriotisme, ca coute cher. Pourquoi ne pas mettre le gouvernement francais (et les citoyens qui l'ont elu) en face des consequences de leurs actes ? On veut augmenter les impots, notamment sur les entre...

le 12/05/2012 à 19:53
Signaler
@Steph: c'est vrai qu'on ne devrait pas faire de patriotisme et ne pas protéger nos emplois... en commençant pas délocaliser le tien en Chine :-) Je suis ûr que t'apprécierais ! et comme les Chinois ne paient pas d'impôts non plus en France, on pourr...

à écrit le 12/05/2012 à 5:01
Signaler
Il ne fait aucun doute que le fossoyeur financier d'Air Correze ne fasse de meme avec Air France, en mettant le Pays a Bas. Mais on oublie que la Compagnie Nationale a aussi une autre filialle en Hollande! pour le cargo, c'est Martinair ! La, c'est l...

à écrit le 12/05/2012 à 1:44
Signaler
"Quand Air France a croqué KLM en mai 2004"... quelque peu erroné. A cette époque, KLM (outrepassant largement la sphère d'influence batave dans le monde) ayant réalisé qu'elle n'avait pas d'avenir "en propre", et a cherché la moins mauvaise solution...

le 16/05/2012 à 23:25
Signaler
C'est sûr les Hollandais font ce qu'ils veulent. Ils ont été racheté et ont gardé le pouvoir. Bravo AF

à écrit le 12/05/2012 à 0:32
Signaler
La compagnie ferait mieux d'aller a anvers ! Et puis avec l'aide de François, ou d'une installation au pays des fleurs, d'une manière ou d'une autre, il s'agit bien d'air hollande !

le 14/05/2012 à 14:22
Signaler
Anvers est en Belgique et non aux Pays Bas, veuillez réviser votre géographie.

à écrit le 11/05/2012 à 22:48
Signaler
La question n'est pas tant de savoir oú s'installera la holding mais plutôt qui en seront les acteurs ....aujourd'hui elle ressemble plutôt à un parachute doré pour les ex membre de l'ancienne équipe dirigeante pourtant directement responsable de la ...

à écrit le 11/05/2012 à 22:35
Signaler
En tout cas une delocalisation du siege serait un beau pied de nez aux politiques et une belle economie pour air france. A quand la comparaison de la performance fiscale de chaque état et la nécessaire adaptation!

le 12/05/2012 à 11:52
Signaler
mais qui va vous lire et comprendre votre rédaction??? Nous sommes un Pays membre du cercle des Oliviers,et comme tel,nous ne ferons aucun effort,car l'Etat providence doit tout sans contre-partie comme en Grèce,Espagne,Portugal,Italie,et que dire d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.