Fret maritime : l'ex-premier armateur sud-coréen Hanjin en cours de démantèlement

Le tribunal de commerce de Séoul a choisi l'armateur Korea Line pour la reprise des activités du transporteur Hanjin entre l'Asie et les Etats-Unis. Le secteur du fret maritime connaît des restructurations massives dans un contexte très difficile.
Grégoire Normand

4 mn

Hanjin Shipping est passée de la 7ème place mondiale à la 21ème place en quelques mois en termes de capacité de transport de marchandises.
Hanjin Shipping est passée de la 7ème place mondiale à la 21ème place en quelques mois en termes de capacité de transport de marchandises. (Crédits : Crédits : Bernhard Fuchs/Wikimédia Commons/CC)

Le secteur du transport maritime coréen est en pleine tempête. L'opérateur maritime Korea Line a finalement tiré profit de la faillite de Hanjin Shipping en faisant une offre validée par les juges coréens. Placé en liquidation judiciaire depuis la fin du mois d'août dernier, l'ancien numéro sept mondial du transport de conteneurs a subi la baisse importante des échanges de marchandises au niveau mondial.

Une offre plus intéressante

Les regards des autorités financières sud-coréennes se sont longtemps tournés vers la seconde compagnie du pays, Hyundai Merchant Marine. Cette dernière étudiait le rachat d'actifs sains depuis des mois. Le transporteur était également soutenu par des membres du gouvernement  et ses principaux créanciers. Mais les juges, dans une décision qualifiée de "surprise" par le Wall-Street Journal ont indiqué que "Korea Line proposait de meilleures conditions (ndlr : de reprise), comportant un prix plus élevé." L'offre proposait également de garder plus d'employés d'Hanjin Shipping.

De son côté, Korea Line a déclaré aux journalistes de Bloomberg :

"Plutôt que se focaliser sur la compétition et un développement imprudent, la compagnie s'est concentrée sur la rentabilité et la reconstruction de la confiance avec les clients."

Le tribunal a pour but d'accepter un contrat la semaine prochaine avec Korea Line, spécialisé dans le transport de marchandises en vrac et de gaz naturel liquéfié. Le processus de vente devrait s'achever fin novembre. Le tribunal de Corée n'a pas annoncé de chiffres mais des médias locaux mentionnés par le Wall Street Journal évoquent la somme de 250 milliards de wons, ou 215 millions de dollars. Hanjin s'est refusé à tout commentaire sur ce point.

Cet accord arrive dans un contexte de formation d'alliances et de consolidations dans l'industrie du fret maritime. Fin octobre, les trois plus grandes compagnies japonaises Nippon Yusen K.K., Mitsui O.S.K Lines et Kawasaki Kisen Kaisha ont annoncé qu'elles fusionnaient. L'armateur français CMA CGM a acquis la compagnie singapourienne Neptune Orient Lines

Lire aussi : Fret maritime : les trois plus grandes compagnies japonaises fusionnent

Hanjin Shipping

 Un porte conteneurs de la compagnie Hanjin.

Hanjin en crise depuis plusieurs mois

Depuis plusieurs mois, l'ancien premier armateur coréen a connu de grandes difficultés. La compagnie a d'abord été lâchée par ses banques créancières qui avaient remis en cause les propositions de la direction pour redresser les comptes de l'entreprise. Elle avait par la suite demandé son placement en redressement judiciaire.

De nombreux ports ont également refusé l'accès des porte-conteneurs de la compagnie de peur de ne pas toucher leurs commissions. Plus d'un tiers de la flotte d'Hanjin était bloquée dans les eaux internationales. Selon Alphaliner, Hanjin Shipping pointait au 21ème rang mondial en termes de capacités.

L'équivalent vingt pieds, ou EVP (en anglais, twenty-foot equivalent unit : TEU) est une unité approximative de mesure de conteneur qui regroupe à la fois les conteneurs de 20 pieds et de 40 pieds. On l'utilise pour simplifier le calcul du volume de conteneurs dans un terminal ou dans un navire.

Malgré une consolidation importante du secteur depuis des années, le taux de fret ne cesse de baisser alors que les surcapacités des navires en fonctionnement sont régulièrement mises en cause. Et le ralentissement du commerce mondial ne devrait pas faciliter le redressement du fret maritime.

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 07/02/2017 à 15:20
Signaler
Le transport maritime est un excellent indicateur du trend de la situation économique, il anticipe et donne le rythme, la tendance et les volumes du commerce international.

à écrit le 19/11/2016 à 8:39
Signaler
Vous oubliez de signaler que Maersk est lui aussi en prise a de grosses difficultées, il n'y a qu'a voir le Baltic Dry, c'est le traffic qui est tout entier en cause .....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.