Dieau Edafim garantit une eau sans bactérie

 |   |  422  mots
(Crédits : DR)
Grâce ses nouvelles fontaines innovantes, la PME espère séduire hôpitaux, maisons de retraite, crèches, etc.

Les premiers exemplaires de la fontaine Wintact,? garantissant une eau sans bactérie, viennent d'être présentés dans des salons spécialisés et 50 machines pilotes vont être installées dans des CHU en France, Belgique et Suisse en attendant le lancement commercial du produit en octobre prochain. Alain Auger, directeur de Dieau Edafim, entreprise installée au Pouzin (Ardèche) depuis 2006, présente cette innovation qui pourrait définitivement consacrer le redressement de la PME. Branchée sur le réseau d'eau potable, la nouvelle fontaine est équipée d'une tête de débactérisation qui conjugue cavitation hydraulique et rayonnement UV. L'eau préalablement réfrigérée est ainsi rendue « sûre » en temps réel.

diversification

La PME ardéchoise a déposé un brevet pour cette innovation qui n'utilise aucun produit chimique, ni de consommable. Avec elle, Dieau Edafim espère bien s'imposer sur le marché des hôpitaux, crèches, maisons de retraite, etc., où les préoccupations en matière d'hygiène sont primordiales. Le bon accueil réservé à cette nouveauté donne d'ailleurs des ailes à l'équipe qui n'oublie pas que la société revient de loin. Alain Auger est en effet arrivé aux commandes en 2008 alors que de lourdes pertes avaient grevé deux exercices. « Les actionnaires ont vraiment joué le jeu afin de sauver la mise, souligne le directeur. Dieau Edafim était née du mariage parfait - sur le papier - de deux entreprises complémentaires fabriquant des fontaines. » Pourtant divers projets de diversification n'avaient pas pu être maîtrisés. « Je suis arrivé pour redresser la situation et pousser des innovations en maintenant le bureau d'études avec six personnes », précise Alain Auger.

chiffre d'affaries en baisse

En deux ans, des fabrications ont été relocalisées en Ardèche. Il ne reste plus qu'une gamme de fontaines produite en Chine soit 20 % de la production contre 40 % en 2008. Et le niveau de qualité a également été amélioré. En 2009, le chiffre d'affaires a certes encore baissé par rapport aux années précédentes : 6,4 millions d'euros en 2009, après 6,7 millions en 2008 et 9,8 millions en 2007. Mais le résultat net s'est, lui, amélioré, redevenant positif en 2009 (100.000 euros) après des pertes de 400.000 euros en 2008 et 1,8 million en 2007. Aujourd'hui, Alain Auger espère aussi pouvoir augmenter le nombre d'emplois (61 salariés en 2010) avec la mise sur le marché des nouvelles fontaines puis la commercialisation de points d'eau tiède pour le lavage des mains qui seraient exempts de légionellose.

Louisette Gouverne, à Valence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :