Qatar Holding étudie son entrée dans Telefónica

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Après Iberdrola, le fonds souverain songe à prendre une participation dans l'opérateur espagnol.

En visite en Espagne la semaine dernière, le directeur général de Qatar Holding, Ahmad Mohamed Al-Sayed, a rencontré le président de Telefónica, Césarute;sar Alierta, pour discuter d'une éventuelle entrée au capital du premier groupe espagnol de télécommunications. Aucun accord chiffré n'est sorti de cette réunion préliminaire et sans engagement. Elle pourrait être suivie d'autres rencontres.

Des trois milliards d'euros que le Qatar s'est engagé à investir en Espagne lors de la visite en février du chef du Gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero, il lui reste 679 millions d'euros à dépenser dans une éventuelle opération. Or, cette somme ne permettrait pas à Qatar Holding d'atteindre 1 % des parts de Telefónica, dont la capitalisation dépasse 79 milliards d'euros.

Ce niveau de participation serait largement inférieur à ceux auxquels est habitué le fonds en Espagne. Qatar Holding possède actuellement 5 % de Santander Brasil depuis 2009 et 9 % de Hochtief, constructeur allemand contrôlé par le groupe espagnol ACS depuis fin 2010. Il a en outre signé avec Iberdrola une entrée au capital du groupe énergétique à hauteur de 6,16 %, pour 2,02 milliards d'euros. À ces investissements, s'ajoutent 300 millions d'euros que le Qatar a promis d'engager dans les caisses d'épargne espagnoles, en quête d'investisseurs dans le cadre de leur recapitalisation.

Présence renforcée

Jusqu'à récemment, la présence qatarie en Espagne était insignifiante, au contraire de celle d'un autre État du Golfe Persique, les Emirats Arabes Unis. À l'origine de 3,3 milliards d'investissements directs en Espagne en 2009, la fédération prévoit d'investir 150 millions d'euros dans les caisses d'épargne. À travers le fonds d'investissement d'Abou Dabi, IPIC, elle a par ailleurs renforcé sa présence dans le secteur pétrolier espagnol. IPIC a signé en février un accord avec Total pour reprendre ses parts dans le groupe Cepsa, pour plus de 3,7 milliards d'euros.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :