Le russe AviaStar cherche un second souffle

 |   |  293  mots
Copyright Reuters
L'usine n'a produit qu'un seul Tu-204 l'année dernière et procède surtout à la modernisation des An-124, le plus gros avion cargo au monde.

L'usine d'AviaStar, à Oulianovsk, est certainement l'une des usines les plus monumentales et en même temps la plus calme de Russie. Elle rappelle comment fonctionnait un « combinat soviétique » : de la fonderie métallurgique à l'assemblage en passant par le bureau d'études. D'innombrables hangars d'une dizaine d'étages complètement vides et envahis par des herbes folles témoignent de projets pharaoniques jamais réalisés.

Encore un peu paranoïaque, la direction ne fait visiter qu'un seul de ses hangars, interdisant strictement de photographier, hormis son musée (où il n'y a rien d'autre à photographier... que des photographies). Le hangar d'assemblage final contient toute la production actuelle d'AviaStar, soit trois An-124 « Ruslan », le plus grand avion cargo au monde, et dix Tupolev 204 (Tu-204) serrés comme des sardines, leurs ailes frôlant les murs. Des pancartes disposées indiquent « travail arrêté » devant trois appareils Tu-204, dont l'un depuis 2006. Pas un seul ouvrier en vue en ce vendredi après-midi.

« Nous comptons environ 10.000 employés, mais, en réalité, comme nous ne travaillons pas à pleine capacité, une large partie d'entre eux n'est pas employée actuellement », admet le directeur technique Viktor Koulakov. En principe, l'usine AviaStar avait été construite en 1975 pour produire jusqu'à 50 appareils par an. L'usine employait 43.000 personnes au milieu des années 1980. A l'heure actuelle, sa capacité est de onze Tu-204 et trois An-124. Dans les faits, l'usine n'a produit qu'un seul Tu-204 l'année dernière et procède surtout à la modernisation des An-124, au rythme de dix appareils par an. « Nous sommes en négociation avec Avia Star Tu [société homonyme, mais distincte] pour au moins 5 avions cargo et avec Iran Air. Nos espoirs sont surtout dans la commande de Red Wings (voir encadré) », conclut Viktor Koulakov.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :