GPA, Carrefour et Casino dans une partie de poker menteur au Brésil

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

Qui croire ? Grupo Pão de Açúcar (GPA) a démenti mercredi être entré en négociation avec Carrefour et avoir mandaté une banque d'affaires pour fusionner avec son concurrent. Dans une note envoyée au marché, le groupe coté à la Bourse de New York y rappelle son attachement à « une information transparente de ses actionnaires ».

Mais, paru après la publication d'articles dans la presse brésilienne rapportant qu'Abilio Diniz avait mandaté sa banque Estater pour négocier une fusion avec Carrefour, ce démenti est mal perçu dans le clan de Casino. Lundi, le groupe avait pourtant intimé à Abio Diniz d'en publier un.

Plusieurs sources soulignent que ce démenti est signé du groupe brésilien que Casino, depuis 2005, co-contrôle via un holding détenu à 50/50 avec Abilio Diniz et sa famille. Ce démenti n'engagerait que GPA et non le milliardaire « membre d'une des plus influentes familles du Brésil », rappelle un ancien de chez Casino. Le patriarche de 74 ans, huitième fortune du pays, serait bel et bien en contact avec Carrefour. Il l'a même avoué à Casino, lundi, par courrier, après la parution d'un article dans « le Journal du dimanche » révélant que Carrefour aurait donné un mandat à la banque Lazard pour étudier cette fusion. « En y affirmant sa volonté de respecter nos accords », avance l'entourage de Jean-Charles Naouri.

Mais, depuis, selon nos informations, Abilio Diniz recherche activement un cabinet français de communication financière pour le conseiller dans l'Hexagone. Jean-Charles Naouri le sait.

Le bras de fer est donc engagé. Les banquiers-conseils de Casino ne manquent pas de rappeler ce que stipulent les accords signés par Jean-Charles Naouri et Abilio Diniz en 2005 : « Les parts d'Abilio Diniz sont incessibles jusqu'en 2014 ; au-delà, Casino dispose d'un droit de préemption », indique l'un d'entre eux.

Carrefour se cantonne, lui, à un silence radio. Mardi 31 mai, le conseil d'administration du groupe de Carrefour devrait faire un premier bilan des contacts établis avec Abilio Diniz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :