L'hôpital à la peine

La politique de santé initiée par le chef de l'État obtient l'une des plus mauvaises notes de l'institut Thomas More, avec « un tout petit 9/20 » et « à peine 25 % des mesures mises en ?uvre ». Le gros morceau des réformes figure toutefois dans le projet de loi « Hôpital, patients, santé, territoire », déjà voté par l'Assemblée nationale et qui sera examiné au Sénat à partir du 12 mai. Ce texte reprend nombre des annonces de campagne de Nicolas Sarkozy : réformer la carte hospitalière, tendre vers une égalité de l'accès aux soins pour tous sur le territoire, revoir la gouvernance des hôpitaux, renforcer les pouvoirs du directeur d'établissement, créer des agences régionales de santé (ARS), etc. Point positif pour Nicolas Sarkozy : il s'agit de réformes de fond, qui pourraient modifier véritablement l'organisation du système de soins. Mais elles passent mal auprès de nombreux médecins. Les hospitaliers se sentent exclus du système de pilotage de l'hôpital. Une partie des médecins libéraux dénonce le blocage des négociations conventionnelles avec l'assurance-maladie, et donc de la revalorisation de la consultation des généralistes à 23 euros. Plus ponctuellement, certaines mesures sont en voie de concrétisation, comme la relance du dossier médical personnel (DMP) ou la prime au mérite pour les médecins libéraux s'engageant à améliorer leurs pratiques ; d'autres sont déjà réalisées (transparence des tarifs des médecins, chèque santé pour l'acquisition d'une complémentaire santé) quitte à avoir été modifiées en cours de route (franchises médicales) et d'autres encore ont été abandonnées, comme l'amélioration des remboursements des soins dentaires et optiques et, surtout, le retour à l'équilibre des comptes de l'assurance maladie en 2011. En 2010, cette dernière pourrait afficher un déficit de 10 milliards d'euros. V. Ch.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.