La RATP appelle l'État et l'Île-de-France à investir à ses côtés

 |  | 328 mots
Lecture 2 min.
Un bénéfice net de 141,3 millions d'euros en hausse de 26 % par rapport à 2007, un chiffre d'affaires consolidé de 4,3 milliards (+ 5,2 %) et de 4,08 milliards (+ 4,6%) pour la maison mère? Pierre Mongin, le président-directeur général de la RATP, pouvait s'estimer satisfait hier face à la presse en présentant ces résultats 2008 « conformes à nos objectifs et cohérents avec notre plan Ambition 2012 ».Un bilan de bon augure, alors que la Régie autonome des transports parisiens doit investir 1,43 milliard d'euros en 2009, soit 40 % de plus qu'en 2008, conformément au plan de relance initié par le président de la République. Pour la RATP, cela représente 450 millions d'euros de plus qu'initialement prévu, afin notamment d'équiper en trains à deux niveaux la ligne A du RER et de moderniser le parc de bus. L'État, sous la forme d'une dotation au capital, doit y contribuer à hauteur de 150 millions. Et la RATP espère un apport équivalent de la région Île-de-France, « qui doit se prononcer à ce sujet le 8 avril », a précisé Pierre Mongin, en soulignant que « Bercy estime que cette contribution au plan de relance créerait au total 1.500 emplois ». Deuxième recruteur d'Île-de-France après La Poste, la RATP annonce d'ailleurs plus de 3.000 embauches en 2009.endettement maîtris髠Malgré nos résultats, nous avons besoin du soutien public », fait valoir le PDG. Pour 2008, la RATP enregistre un résultat net consolidé atteignant 141 millions d'euros, contre 112 millions en 2007, et une capacité d'autofinancement à hauteur de 696 millions en progression de 10 %. Mais l'endettement de l'entreprise, s'élevant à près de 4,5 milliards d'euros, reste « important bien que maîtris頻, souligne Pierre Mongin. « Il nous faut 6,5 années de CAF [capacité d'autofinancement, Ndlr] pour couvrir notre dette », reconnaît le PDG. Et la crise reste menaçante : « nous ressentons, sans certitude, un ralentissement sur les trajets domicile-travail et nous n'avons aucune visibilité quant au trafic estival et touristique, une recette importante », a expliqué Pierre Mongin sans plus de précision. Marine Relinge

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :