Bourse : vous avez dit « plancher » ?

 |   |  334  mots
La tentation est forte de jeter un discrédit sur l'ensemble des cours de Bourse massacrés. C'est cette analyse qui a commandé l'augmentation de capital d'Avanquest Software à un prix 70 % au-dessus de son cours de Bourse. C'est encore celle qui prévaut quand IBM est candidat au rachat de Sun Microsystem pour un prix deux fois supérieur au dernier cours coté. Néanmoins, dans ces ténèbres, des valeurs se montrent plus résistantes que d'autres au sein même d'un secteur. Pour s'en tenir aux premiers mois de l'année, il était préférable de posséder des titres Peugeot que ceux de son concurrent Renault. Un exemple duplicable à l'infini. « Stock picking » ou sélection de valeurs et « gestion value » ou approche fondamentale conservent donc toute leur pertinence. Mais à quoi sert de passer du temps à définir des « cours cibles » permettant d'investir en fonction du potentiel de hausse d'un titre quand « le marché n'en veut pas ». Certes, on peut atttendre que le marché retrouve ses esprits en se disant qu'à terme on retrouvera les prix justifiés par les fondamentaux d'une société, mais l'attente peut être longue et pendant ce temps détenir des actions expose à des trous d'air à répitition dans un marché baissier. C'est justement pour cela que la « gestion value » garde tout son intérêt : puisque définir une cible plafond, dont le niveau une fois atteint ferait apparaître un risque de conserver un titre, n'est plus suffisant, l'analyse fondamentale devra aussi permettre de définir un plancher. Quand on achète un titre, il faut évaluer son risque de baisse maximale ! Certes, comme les plafonds, ce plancher peut évoluer. Aujourd'hui le « PER de Graham » permet aux Cassandre de situer le plancher au multiple de 10 fois le bénéfice moyen des dix derniers exercices. Ce qui ramènerait l'indice S&P 500 à près de 500 points alors que les valeurs européennes ne sont plus très loin de cet étiage. C. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :