L'Espagne du Siècle

 |   |  1492  mots
Situation inouïe, c'est durant le Siècle d'or que la Castille va connaître des périodes de disette. En l'an 1492, la très catholique cour d'Espagne savoure sa victoire. Elle vient d'achever sa « reconquista » avec la chute de Grenade, qui met fin à plus de cinq siècles de présence musulmane dans la péninsule et à sa riche civilisation arabo-andalouse. Cette même année, le roi, fort d'une flotte qui sillonne les côtes africaines et la Méditerranée, s'est laissé convaincre par un jeune audacieux de financer une expédition pour atteindre les Indes en passant par l'Atlantique, pour « rejoindre le Levant par le Ponant ». En abordant les Caraïbes, Christophe Colomb va découvrir un « Nouveau Monde » dans lequel vont s'engouffrer d'autres navigateurs aux motivations moins idéalistes : des conquistadores devenus célèbres, comme Hernando Cortés, Francisco Pizarro ou Diego de Almagro. Car, durant ce XVIe siècle, ce qui motive les puissants du continent européen, c'est l'or, ce métal synonyme de richesse, et dans une moindre mesure, l'argent. Pour l'Espagne, c'est le début du « Siglo de oro », le bien nommé « Siècle d'or » qui atteindra son apogée durant le règne du roi Philippe II (1527-1598) sur un empire « où le soleil ne se couche jamais ».Durant plus de cinquante ans, les Espagnols vont piller jusqu'aux tombes l'or du Nouveau Monde, en particulier les trésors des Aztèques au Mexique et des Incas au Pérou. Brutaux et cruels, ces conquérants se livrent à des massacres de masse, comme le narrera l'aumônier Bartolomé de las Casas dans sa « Très Brève Relation de la destruction des Indes ». Cette fièvre aurifère passe aussi par l'exploitation minière. Les populations locales forcées de travailler dans des conditions effroyables sont rapidement décimées. Les nouveaux maîtres vont devoir trouver une main-d'?uvre plus nombreuse et plus robuste. Elle viendra d'Afrique. La juteuse traite négrière va même concourir à intensifier le trafic maritime, les cales étant chargées d'esclaves à l'aller et d'or, d'argent, d'épices, de bois exotiques au retour. En moins d'un siècle, le volume cumulé d'or en circulation en Europe va tripler, celui de l'argent va quintupler. 8 milliards de livres d'or et d'argent (3,8 millions de tonnes) franchissent ainsi l'Atlantique alors qu'il ne s'élevait qu'à 1 milliard de livres à la fin du XVe siècle. L'accumulation aussi rapide d'une telle richesse est inédite dans l'Histoire. Elle va permettre à l'Espagne d'imposer sa domination, sous la férule d'un État royal au pouvoir absolu, qui durant des dizaines d'années sera en guerre contre la France, l'Angleterre, les Provinces-Unies (la Hollande), le Portugal, la Catalogne, l'Italie du Sud.Cette richesse bouleverse l'économie du pays et de ses voisins. L'activité des chantiers navals connaît un boom à Cadix et à Lisbonne, mais aussi en France, en Angleterre ou encore à Anvers. Il faut de plus en plus de bateaux pour effectuer des voyages d'une durée de quelque huit mois, durant lesquels il faut affronter les pirates et essuyer des tempêtes violentes. Très vite, il s'agit d'organiser la traite négrière : comment aménager des cales pour acheminer un maximum d'esclaves ou, dans un autre registre, concevoir des navires escorteurs pour protéger les précieuses cargaisons. Pour financer de tels projets, l'emprunt est la solution. C'est l'époque de l'apparition des compagnies coloniales, ces sociétés privées, constituées par l'émission d'actions, mais placées sous le contrôle des États.Séville, centre régional qui tirait son importance de l'activité agricole des alentours, va, grâce à son port, devenir le centre de gravité et la plaque tournante du trafic entre les deux continents, mais aussi concentrer une partie de l'activité commerciale et industrielle européenne : secteurs industriels comme l'armement, place financière, marchés agricoles, particulièrement vigne et olive, immenses entrepôts pour le stockage. Au centre-ville, trône la Casa de la Contratación. Elle organise, contrôle, taxe ce commerce et son trafic. Le dynamisme de Séville attire une population cosmopolite, qui va compter jusqu'à 300.000 âmes, le triple d'antan. La richesse s'affiche aussi à travers les maisons luxueuses, les spectacles, la culture (les peintres Vélasquez et Zurbaran feront une partie de leur carrière dans la cité sévillane).Pourtant, cette concentration rapide de métaux précieux a son revers. Malgré la perception d'un quart de l'or rentrant sur le territoire, le grand train mené par l'Espagne oblige le roi Philippe II, protecteur du catholicisme, à s'endetter auprès de l'armée et de banquiers étrangers. Le royaume connaît des situations de faillites, en 1557, 1575 et 1596. Pour honorer ses dettes, il met de plus en plus de pièces en circulation, provoquant une dépréciation de la valeur de l'or. Dans le même temps, le boom démographique se traduit par une envolée de la demande de biens de consommation, de produits de base et de services concourant, avec la dévalorisation de l'or, à une augmentation des prix et à une inflation galopante. Ainsi, le prix du blé va tripler. Même la France en fait les frais : la livre tournois, sa monnaie de référence, perdra les quatre cinquièmes de sa valeur en moins de cent ans.En outre, les fortunes rapidement amassées par les nouveaux riches s'investissent dans les ouvrages de marque. Églises et monastères se multiplient grâce à la générosité de donateurs qui rivalisent pour se faire bien voir du monarque catholique. C'est à cette époque que sera construit le palais et monastère de l'Escurial, ce joyau architectural. Aveuglées par l'abondance, noblesse et aristocratie ne se préoccupent pas de l'avenir. L'investissement productif est négligé. Des secteurs comme l'agriculture ou l'industrie textile, jusqu'alors fleurons du pays, commencent à péricliter, plus du tiers des terres cultivées sont laissées en friche. Situation inouïe, c'est durant le Siècle d'or que la Castille, région du centre du pays, va connaître des périodes de disette, les céréales importées des régions de la Baltique ne pouvant être acheminées. Les Espagnols ne sont pas les seuls à faire preuve d'avidité pour l'or. Leurs galions avec leur riche cargaison sont une proie facile pour les nombreux pirates qui sillonnent les océans. L'un des plus célèbres est Francis Drake. Ce corsaire s'attaque non seulement aux navires, mais aussi aux colonies fondées par l'Espagne. Après trente-quatre mois passés en mer, à bord de son bateau, le « Golden Hind » (le « Cul dor頻), il ramène une forte cargaison d'or en Angleterre. Le 30 septembre 1580, la reine le fait chevalier de Sa Majesté. Il est vrai qu'elle avait personnellement financé l'expédition et en retirait un substantiel bénéfice !À la fin du XVIe, l'Espagne se retrouve économiquement affaiblie. La production industrielle s'est inexorablement amenuisée, la détention des richesses extraordinaires se révélant incompatible avec une certaine application au travail. Les besoins se sont accrus, mais ils sont satisfaits par l'industrie des autres pays. Et quand le royaume impose un contrôle sévère des frontières, la contrebande prend le relais.En 1627, le Premier ministre de Philippe IV, le comte d'Olivares, Gaspar de Guzman, prend une série de mesures pour redresser l'économie : lutte contre la corruption et l'inflation, centralisation de l'administration, recherche d'un excédent commercial grâce au développement du commerce extérieur, théorie connue sous le nom de mercantilisme. Mais il est trop tard pour enrayer le déclin. L'Espagne voit sa présence sur le Vieux Continent entamée par la France, l'Angleterre et surtout la Hollande. Les Provinces-Unies, en particulier le port d'Amsterdam, s'imposent militairement et commercialement sur les mers du globe. Ironie de l'histoire, une large part de la réussite hollandaise est à mettre au compte des proscrits juifs chassés de la péninsule Ibérique par la Très Sainte Inquisition : marchands, banquiers, ingénieurs, savants. Ce sera au tour de la Hollande de connaître son siècle d'or.Nul mieux que Jean Bodin (1529-1596), économiste et juriste français, ne résumera les raisons qui entraînèrent l'affaiblissement du royaume catholique : « L'Espagnol qui ne tient vie que de France est contraint, par force inévitable, de prendre ici les blés, les toiles, les draps, le pastel, le papier, les livres, voire la menuiserie et tous les ouvrages de main, et nous va chercher au bout du monde l'or, l'argent et les épiceries. » Bodin, pour la première fois, théorisa la relation étroite entre la masse monétaire en circulation et la hausse des prix des marchandises dans un pays. La leçon reste d'actualité !En moins d'un siècle, le volume cumulé d'or en circulation en Europe va tripler, celui de l'argent va quintupler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :