Plainte à l'OMC contre la Chine

métaux raresLe sujet traînait de longue date, il pourrait faire l'objet d'une plainte formelle devant l'OMC. Les États-Unis et l'Union européenne ont demandé hier des consultations à l'Organisation au sujet de la gestion chinoise de certains « petits métaux ». Depuis l'arrivée au pouvoir de Barack Obama, il s'agit de la première plainte des États-Unis contre la Chine, qu'ils accusent de pratiquer la préférence nationale. Sans être stratégiques, le manganèse, le magnésium, mais aussi la bauxite, nécessaire à la production d'aluminium, le zinc, et des terres rares sont incontournables pour certaines industries comme l'aéronautique ou l'électronique. mobiliséOr la Chine impose quotas et taxes à l'exportation sur ces matériaux. « La crise économique justifie une vigilance accrue contre les mesures protectionnistes », explique une source gouvernementale, qui n'écarte pas que la Chine négocie avec les parties prenantes pour éviter d'aller jusqu'à une plainte formelle. En France, Rhodia, qui exploite des terres rares dans le nord de la Chine, est mobilisé depuis longtemps sur le dossier. « Étant donné sa position dominante sur le marché, la Chine dicte les prix des terres rares, notamment par une surveillance très serrée des flux domestiques », assure Laurent Thiot, manager chez Rhodia Silcea (silices). A. R.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.