Pascal Veillat : " L'Europe de la Défense nécessite un lien fort entre grands groupes et PME"

1 mn

Le livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale prévoit un budget annuel de 18 milliards d'euros pour les industriels du secteur. Est-ce pour vous une bonne nouvelle ?Certainement. Mais la présentation de ce livre blanc a été surtout l'occasion de faire passer deux messages. S'il existe une réelle volonté politique d'aider les PME en les intégrant dans les marchés ­publics, cette part de réserve est difficilement applicable dans la mesure où les marchés publics ne permettent pas de commander ­directement aux PME. Il faut donc inciter les donneurs d'ordres à se doter d'une politique de partenariat avec ces entreprises considérées jusqu'à présent comme des sous-traitants. Ce livre blanc est aussi l'occasion de rappeler que l'Union européenne dispose de PME innovantes non soumises à la réglementation Itar (International Traffic in Arms Regulations) des États-Unis...Comment aider ces PME à s'imposer dans cette nouvelle Europe de la Défense ?Aujourd'hui, 80 % des aides publiques sont attribuées aux grands groupes. Il faudrait que ces aides soient conditionnées par la mise en place de partenariats avec les entreprises. Il faut par ailleurs continuer la pression politique pour que les schémas industriels des grands donneurs d'ordres intègrent le savoir-faire des PME. Il faudrait aussi confier 15 % des programmes de recherche aux entreprises. D'autres initiatives peuvent être mises en place comme l'aide à l'export ou la réduction des conditions de paiement.Vous ne faites plus partie du cluster Aériades, le pôle aérospatial lorrain. Pourquoi ?Aériades ne m'a pas donné satisfaction. En revanche, Meusonic est membre du comité Richelieu, qui regroupe quelque 200 PME innovantes. L'association, en collaboration avec Oséo, nous aide à renforcer nos relations avec les grands comptes. À l'heure de la présidence française, l'Europe de la ­Défense ne peut se construire sans un lien fort entre ces grands groupes et les PME. par Sandra Heiss, à Marville

1 mn