Ciba veut remanier son portefeuille en profondeur

 |  | 329 mots
Son directeur général, Brendan Cummins, a ainsi indiqué hier à l'agence Reuters : " Tout secteur qui ne nous donne pas satisfaction, qui ne peut être redressé pour qu'il rapporte au moins son coût en capital sera assaini ou vendu. " Le groupe, qui a déjà augmenté ses prix de plus de 20 %, n'exclut pas de nouvelles hausses pour l'année en cours, afin de répercuter auprès de ses clients l'envolée du pétrole et des matières premières. Après avoir déjà revu à la baisse ses perspectives pour l'exercice en cours, le directeur général de Ciba a ainsi précisé qu'il n'était pas satisfait des activités encres et papiers.Alors que le chimiste est engagé dans son troisième plan de restructuration afin d'économiser environ 500 millions de francs suisses (plus de 300 millions d'euros) à l'horizon 2009 en supprimant 2.500 emplois (soit 16 % de ses effectifs). " Nous engageons une révolution culturelle majeure ", a souligné Brendan Cummins. Et pour cause. Dans une interview à l'agence Bloomberg, le directeur financier, Juerg Fedier, s'est montré encore plus précis. Le chimiste pourrait ainsi se recentrer sur son activité pigments et colorants pour plastiques (6 % des ventes). Et céder son activité encres et papiers, en perte de vitesse. Avec un chiffre d'affaires annuel de 2,53 milliards de francs suisses (1,57 milliard d'euros), l'an dernier, sa division traitement de l'eau et du papier représente 39 % des ventes de Ciba et seulement 18 % du bénéfice d'exploitation, contre 49 % pour les additifs plastiques et 33 % pour les revêtements. Les produits chimiques pour le papier représentent les deux tiers de la division traitement de l'eau et du papier, tandis que les encres pèsent environ 20 % de l'activité revêtements. Juerg Fedier a ajouté que Ciba était en discussion pour se séparer d'activités plus marginales et pourrait consacrer jusqu'à 200 millions de francs suisses à sa croissance externe. Objet de rumeurs récurrentes de rachat, Ciba est à l'abri, affirme son directeur général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :