Merrill Lynch en mal de capitaux supplémentaires

2 mn

Ce sentiment est d'autant plus renforcé que la banque d'affaires américaine étudierait sérieusement la cession de sa participation dans le gestionnaire d'actifs BlackRock, selon le Wall Street Journal. Merrill Lynch ne vendrait qu'une partie de sa participation de 49 %.Il y a trois semaines, le patron de Merrill Lynch, John Thain, l'avait évalué à 13 milliards de dollars. Si elle était réalisée, cette cession n'interviendrait pas avant 2009 comme le stipule l'accord conclu en 2006 entre Merrill Lynch et de BlackRock lors de l'entrée du premier au capital du second.CESSIONS EVIDENTESDans le même temps, la banque américaine pourrait vendre sa participation de 20 % dans l'agence d'informations financières Bloomberg dont elle détient 20 % du capital, selon le New York Times. Cette participation est valorisée à 5 milliards de dollars. Sa vente pourrait être annoncée d'ici à la publication des résultats du deuxième trimestre, prévue le 17 juillet prochain.Ces deux cessions ne sont pas une surprise. John Thain, le président-directeur général de Merrill Lynch, avait lui même mi-juin évoqué l'hypothèse de son désengagement dans BlackRock, dans le cas où sa banque aurait besoin de trouver des fonds supplémentaires. La cession de Bloomberg est plus logique. Contrairement à BlackRock cette participation est jugée plus financière que stratégique. Ces ventes d'actifs interviennent alors que les analystes prévoient de mauvais résultats au deuxième trimestre. Merrill Lynch est attendue dans le rouge pour le troisième trimestre consécutif. Les pertes atteindraient 1,5 milliard de dollars. Quant aux dépréciations d'actifs qui justifieraient les nouveaux besoins de fonds propres, Citi les évalue à 6 milliards de dollars.En attendant, les analystes de l'agence de notation Fitch Ratings sont clairs : la cession de la participation de BlackRock les conduirait à dégrader la note de crédit de Merrill Lynch. BlackRock est en effet une source de revenus récurrents pour la banque d'affaires. Cette menace milite de toute évidence pour cession partielle et non totale dudit actif.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.