Kappa France teste la basket éco-conçue

 |   |  403  mots
Lancée avec tambour et trompettes le 28 janvier à Paris, la chaussure FYE (For Your Earth) innove plus par son concept et sa fabrication que ses modèles. L'idée est de commercialiser une chaussure « écolo » restant fabriquée en Asie. « Toutes les étapes du cycle de vie de la chaussure ont été adaptées pour respecter au mieux l'environnement », affirme Emmanuel Cortez, à l'origine de FYE et directeur marketing de Kappa France, le groupe nantais qui diffuse la marque de sportwear italienne dans l'Hexagone et depuis l'an dernier en Espagne, en Suisse et en Belgique.un joli coupLa première collection pour l'été 2010 propose deux modèles de baskets dont les semelles sont fabriquées à partir de chaussures recyclées récupérées dans les déchetteries et renvoyées en Asie. Toile, lacets, doublure sont en coton biologique, colle à l'eau et colorants naturels remplacent les produits toxiques. Et pour compenser les émissions de CO2 dues au transport, pour toute paire vendue, un arbre est planté ! Un coup marketing ? Peut-être, mais la démarche séduit les « éco-commerçants » qui ont déjà commandé 20.000 paires.Pour Sport Finances, le groupe créé par François-Xavier Chupin en 2004, c'est encore un joli coup. Outre Kappa France, il détient aussi la licence d'Insight Europe, la marque de surfwear australienne. Le groupe annonce pour 2009 des résultats « conformes aux objectifs » avec un chiffre d'affaires consolidé de 45 millions d'euros, dont 34 millions pour Kappa France (en hausse de près de 30 %), le reste provenant des nouvelles filiales européennes via des contrats de sponsoring avec des clubs de sports, tel le FC Valence. Certes, le résultat net de Sport Finances sera affecté par les coûts de lancement des licences européennes, mais François-Xavier Chupin compte sur 2010 pour « consolider » ses positions face aux majors du sportwear. « Alors que les challengers souffrent, nous gagnons des parts de marché par notre proximité et notre flexibilité, mais aussi avec des collections et des gammes de prix plus adaptées au march頻, assure le lauréat 2008 du prix de l'Ambition, distinction créée par la Banque Palatine et « La Tribune » (voir encadré), qui lui a notamment permis de booster le démarrage de son groupe en lui donnant du crédit sur le plan financier : « Nous étions ainsi reconnu pour avoir une situation financière honorable, ce qui a sécurisé nos partenaires notamment les banques. ». Fabienne Proux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :