FLASH INFOS

 |   |  292  mots
Le président de la banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet a multiplié les déclarations lundi pour appeler à la rigueur budgétaire. Lors d'un séminaire de la Banque centrale autrichienne à Vienne lundi, il a indiqué qu'une réelle discipline était attendue des États. Dans un entretien publié dans le journal « Le Monde » le même jour, il a indiqué que les Européens ont «?besoin d'avoir l'équivalent d'une fédération budgétaire en termes de contrôle et de surveillance de l'application des politiques de finances publiques?», à l'image de la «?fédération monétaire?» que constitue la zone euro. L'euro reste «?une monnaie très crédible qui garde sa valeur?», a-t-il précisé rendant les «?mauvaises politiques budgétaires dans certains pays?», responsables de l'instabilité financière actuelle. Il a désigné l'Allemagne, la France et l'Italie comme ayant donné «?un très mauvais exemple?» en tant que gestionnaire de leur politique budgétaire. Le président a néanmoins manifesté un certain optimisme quant à l'avenir car «?l'Europe, en tant que construction historique, a souvent su progresser radicalement dans les périodes de difficultés et de crise?». Même s'il a «?noté des réactions négatives, notamment en France?» face aux propositions de réforme. Jean-Claude Trichet a par ailleurs souligné, lors d'une vidéo-conférence avec la Banque de Corée que «?les marchés émergents avaient été aussi très sévèrement touchés, mais restaient une force pour le monde économique?». La reconnaissance, du fait de la crise, de l'importance croissante de ces pays et de leur pleine intégration dans la gouvernance mondiale, en particulier dans le cadre du G20 ne lui semble donc pas une surprise.(Avec Agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :