Chic nomade à Oman

Les Anglophones savent résumer en un mot ce qui chez nous s'énonce en une phrase. «?Glamping?», voilà comment ils appellent cette façon très huppée de résider dans des lieux sublimes mais dépourvus d'hôtels sans rien sacrifier au confort qui rend les nuits plus douces et la toilette moins «?roots?». Le sultanat d'Oman se prête à merveille à ce très tentant «?glamourous camping?». C'est d'ailleurs l'un des rares pays au monde où le camping sauvage fait l'objet d'une promotion officielle.Les amateurs de glamping trouveront cependant mieux à faire qu'à planter eux-mêmes leur tente. Dans le désert de Wahiba, fameux, à juste titre, pour l'ocre des dunes, un campement les attend. Construit en 2007, il a profité de cet été 2010 pour se refaire une nécessaire beauté. Car rien ne résiste au vent du désert, pas même des tentes en dur. D'où l'idée des concepteurs de ce «?desert nights camp?»?: concevoir des constructions illusionnistes. Vues depuis le sommet des dunes environnantes, elles semblent former un campement éphémère, mais plus on s'en approche, plus on devine qu'elles sont là pour longtemps. L'intégration de pierre et de béton relève de la nécessité dans ce désert où les chocs thermiques peuvent être éprouvants. Chaque habitation dispose ainsi de l'air conditionné et d'une vraie salle de bains attenante à ce qu'il convient d'appeler une chambre. Le confort y est digne d'un quatre-étoiles, la télé en moins. Un choix délibéré. L'ambiance nomade est aussi assurée par une décoration arabisante de bon aloi et par le délicat éclairage du campement qui, la nuit venue, invite à la méditation.Pour ceux qui ont une vision plus orthodoxe du glamping, il existe une autre option, toute récente. Le groupe hôtelier britannique Six Senses s'est associé au suisse Horizons Nouveaux pour créer des campements éphémères dans le droit fil des «?villages?» au luxe écologique qu'apprécient ses clients. C'est donc à proximité de son hôtel omanais, dans la région la plus septentrionale du sultanat, le Musandam - péninsule réputée pour ses fjords - que les premières tentes ont été plantées à la fin de l'été. Les clients du célèbre Zighy Bay seront dès cet automne invités à prolonger leur séjour dans trois sites - le bout d'une presqu'île, une gorge asséchée et la crête d'une montagne - où, jusqu'alors, personne n'avait jamais dormi dans un vrai lit. Soucieux de sa réputation, Six Senses a fait installer dans les tentes des matelas identiques à ceux qui rendent si douces les nuits dans ses villas. Non sans difficulté. Aucun des sites choisis n'est accessible en voiture. «?Nous nous sommes refusé à créer un campement sur une plage. Trop banal. Il nous fallait des lieux véritablement extraordinaires?» explique Vincent Raisière, l'un des dirigeants d'Horizons Nouveaux. Au printemps dernier, ce perfectionniste a passé des semaines avec ses équipes à tester in situ d'inédites salles de bains sous toile. L'eau arrive par bateau. De même que les vivres expédiés de l'hôtel. Les fruits et légumes proviennent prioritairement des jardins de Zighy Bay, comme les poissons, de la pêche quotidienne des villageois voisins. Dans chaque campement, un chef cuisinier accommode ces livraisons au gré d'une inspiration le plus souvent locale. Le soir venu, on goûte au plaisir d'une obscurité comme les villes n'en connaissent jamais. Et pour mieux comprendre ce que ces nuits ont à nous dire, les organisateurs ont pensé à tout. Ils ont convié sur place un conteur et un astronome. Les mille et une nuits sous la voie lactée, c'est aussi cela le camping cinq étoiles.Pierre Kupferm

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.