Hôtels et jardins font bon ménage

 |   |  396  mots
Pourquoi ne pas profiter des quelques (rares) week-ends à rallonge du printemps pour découvrir les somptueux jardins de certains hôtels ? Par exemple, celui du Prieuré d'Orsan, dans le Cher. Fondé en 1107 par le créateur de l'abbaye de Fontevraud, il abrite des jardins d'inspiration monastique médiévale. Créés par Sonia Lesot et Patrice Taravella et entretenus avec amour par Gilles Guillot, le chef jardinier, les jardins d'Orsan se composent de clos où l'utilitaire et la symbolique se mêlent intimement. Dès la fin avril, il faut flâner au travers des différents espaces, labyrinthe, potagers, cloîtres et vergers. Et si jamais vous tombez amoureux de ces jardins, vous pourrez en suivre la vie au quotidien, le chef jardinier tient un blog sur lequel il livre certains de ses secrets.Si vous préférez partir un peu plus loin, au soleil, découvrez donc les jardins du Four Seasons de Florence. Le Giardino della Gherardesca, qui s'étend sur 4,5  hectares, est un des plus grands jardins privés de la ville. Créé à la fin du XVe siècle, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été recréé par l'éminent paysagiste italien Pietro Porcinai. Constitué de pelouses et de boqueteaux, ponctués de chemins, de petits promontoires et de bassins, c'est le jardin romantique par excellence. Mais aussi un jardin botanique qui permet la conservation d'espèces rares ou en voie de disparition depuis le début du XIXe siècle. Pour les amateurs de jardins à l'anglaise, ceux du Whatley Manor, en plein coeur du Wiltshire, devraient satisfaire les plus exigeants. Dans le respect des plans datant des années 1920, les propriétaires successifs ont préservé l'extraordinaire diversité de plantes et d'ambiances. Ce sont ainsi 26 « jardins » différents qui permettent de passer d'un espace dédié aux simples à une somptueuse roseraie, d'une pelouse fleurie « sauvage » à une mini-forêt digne d'« Alice au pays des merveilles ». Côté jardins exotiques enfin, ceux de La Mirage sont pour vous. Perchés sur une colline des Andes, à moins de trois heures de Quito, c'est un des secrets cachés d'Équateur. Ici, hibiscus, bougainvilliers, roses, orchidées et fleurs sauvages sont à l'honneur et exaltent leur parfum dans des jardins extraordinaires, peuplés de colibris. Certains plants sont tellement anciens qu'ils ont aujourd'hui des proportions quasi préhistoriques...Béatrice Delamotte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :