La « révolution du soigner »

Devenir un leader mondial du diagnostic à distance et de l'hospitalisation à domicile : « Yes, we can ! We must ! » Au carrefour de son excellence médicale et d'une incomparable capacité d'innovation technologique, cette ambition est à la portée de notre pays. Elle peut, progressivement mais rapidement, répondre au défi des besoins de santé et du vieillissement de la population. Les personnes fragilisées pourront alors, si elles le désirent, demeurer sur leur lieu de vie grâce au développement des technologies pour un suivi à distance et sécurisé de leur santé (télésanté = télémédecine + assistance à la personne). Conjuguée avec une volonté politique forte qui transcende les courants, l'impulsion des nouvelles technologies doit conduire à une transformation positive de la société au service d'un mieux-être de chaque citoyen et d'une santé équitable pour tous, tout en accélérant le développement d'une économie florissante et créatrice d'emplois durables.Aujourd'hui, l'avertissement : « en matière de santé, la maison brûle ! », maintes fois réitéré depuis deux ans par le Haut Conseil français de la télésanté, n'a jamais autant été d'actualité. Aussi appelée la commission « Galien », il a été créé en 2008 par douze membres fondateurs et compte à ce jour une quarantaine de personnalités de très haut niveau parmi les associations de patients, les ordres de professionnels de santé, les universitaires, les industriels et les hauts fonctionnaires. Son objectif est simple : faire de la France un leader mondial de la télésanté au service d'une prise en charge équitable des besoins sanitaires de tous nos concitoyens. En jouant, en tant que de besoin, un rôle de puissant aiguillon...Répondre à la question angoissante du citoyen, où qu'il se trouve et quels que soient ses moyens : « Mais qu'est-ce que j'ai ? », et à celle de l'intervenant de santé : « Qu'est-ce que je fais dans ce cas-là ? », voilà les enjeux ! Or, les outils technologiques sont disponibles et peuvent apporter une réponse appropriée, en particulier dans la désertification sanitaire. La télémédecine, ce n'est peut-être pas la panacée... c'est simplement devenu indispensable !Cette « révolution du soigner » est un défi à notre portée. C'est ce credo que la commission Galien a développé lors de son audition devant la mission parlementaire Lasbordes, qui a remis son plan de déploiement national de la télésanté au Premier ministre. Préconisant, de toute urgence, un plan de bataille contre les iniquités de la santé publique qui vont mécaniquement s'aggraver (vieillissement de la population, manque de personnels soignants, de ressources financières) la commission Galien recommande de lancer un plan HS2 (haute sécurité santé), équivalent d'un « plan Marshall » de la santé sous la forme d'un grand chantier pluriannuel, faire émerger une nouvelle filière industrielle pour répondre à ce marché du futur, le Homecare avec l'aide du grand emprunt ! Pragmatique, ce plan HS2 répondra aux normes de la troisième dimension du développement durable et vise à mailler le pays avec les outils permettant d'assurer une santé équitable pour tous grâce aux nouvelles technologies. Les grandes organisations d'entrepreneurs soutiennent ce grand chantier et se mobilisent pour le faire aboutir.« Existe-t-il plus grand bien que la santé ? », lance Socrate à travers les siècles. Le développement rapide et progressif de la télésanté, d'autant plus s'il s'inscrit dans un chantier présidentiel quinquennal, peut répondre à ce défi. Nos concitoyens ne comprendraient pas des divergences politiques autour de ce consensus national. Ensemble, réconcilions économie et social au service d'une grande cause nationale. nPoint de vue Ghislaine Alajouanine Présidente du Haut Conseil de la télésanté

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.