La reprise progressive de l'activité industrielle se confirme

 |   |  379  mots
Si les Français font grise mine, apeurés par la montée du chômage, les industriels entrevoient enfin le bout du tunnel. Certes, l'indice PMI manufacturier réalisé par le cabinet d'étude international Markit a légèrement fléchi en mai pour se situer à un plus-bas depuis trois mois. Néanmoins, il indique toujours que les conditions d'exploitation de l'industrie manufacturière française ont continué de s'améliorer le mois dernier. « Cette baisse de l'indice PMI reflète principalement un volume moins important des nouvelles commandes et de la production, ces deux variables affichant toutefois les taux d'expansion les plus forts depuis le début de l'enquête. Le volume des nouvelles commandes progresse pour le onzième mois consécutif, la demande en provenance du marché national et des marchés étrangers, comme l'Europe, les Etats-Unis et l'Asie, se renforçant depuis avril », explique la société Markit.redémarrageMécaniquement, ce redémarrage de l'activité pousse les prix de production à la hausse. Ils ont progressé de 1 % en avril. Sur un an, ils affichent une augmentation de 4 %, tirés par la hausse des prix des matières premières, notamment énergétiques. « Les prix des produits du raffinage progressent nettement pour le deuxième mois consécutif : + 6,3 % après + 6,4 % en mars. Ces progressions s'inscrivent dans un contexte de hausse continue des cours mondiaux du pétrole », note l'Insee, qui rappelle le bond de 18,4 % du prix du baril de Brent au cours des trois derniers mois. Les prix de l'énergie ne sont pas les seuls à progresser. En effet, les prix des produits chimiques (+ 1,9 %), des produits métallurgiques et métalliques (+ 2,7 %), de la chimie organique de base (+ 6 %), de la métallurgie du cuivre (+ 5,3 %) s'inscrivent également en hausse. Des hausses globales que vient renforcer la dépréciation de l'euro face au billet vert, la quasi-totalité des matières premières étant libellée en dollars.Cette remontée des prix de production peut-elle fragiliser la timide reprise de l'activité. Sandrine Duchêne, la responsable du département de la conjoncture de l'Insee écarte cette hypothèse. « Entamée à la mi-2009, cette hausse continue des prix confirme seulement la reprise de l'activité dans l'industrie. Elle n'est pas assez vive pour la contrarier », estime-t-elle. Fabien Piliu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :