C'est prouvé : l'homme est intrinsèquement honnête !

 |   |  569  mots
Quelle est la propension de chaque individu à mentir? La question peut sembler sans intérêt, mais économiquement, elle est lourde de sens. De l’évasion fiscale au trucage des comptes grecs en passant par les escroqueries en tous genres et le «bluff» nécessaire sur les marchés, le problème du mensonge est au cœur de l’économie. Et c’est, du reste, un sujet qui occupe la recherche économique, puisque de nombreux miodèles sont fondés sur la certitude que l\'homme est prêt à tout pour obtenir un gain financier, y compris mentir.Le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) de mercredi relate ainsi une étude de trois économistes allemands de l’institut pour l’avenir du travail (IZA) de Nuremberg qui tente de répondre à ce «jeu de la vérité». Leur conclusion est étonnante: elle va à l’encontre de l’idée selon laquelle une majorité d’individus serait prête à mentir si elle y voit un intérêt matériel.L’expérienceL’expérience a été menée auprès de 652 personnes en Allemagne par téléphone. A chacune de ses personnes, on demandait de jeter une pièce. Si la pièce retombait sur « pile », l’individu gagnait 15 euros en liquide ou en bons d’achat Amazon. Aucun moyen pour la personne qui posait cette question de connaître la vérité. Autrement dit, chacun pouvait aisément gagner 15 euros, sans risques. Par ailleurs, l’interrogé ne craignait guère de décevoir un ami en répondant ou même de voir sa réputation entachée.Issue attendueLes chercheurs n’avaient aucun moyen de vérifier l’issue du jeté de pièce, mais ils sont partis du principe que les projections statistiques établissent que l’issue du jeté est de 50/50. Autrement dit, si chacun dit la vérité, 50% des participants auraient dû déclarer «pile». Si, à l’inverse, tous les participants étaient des menteurs attirés par le gain, ils auraient tous déclaré que «pile» était sorti. Les chercheurs, eux, tablaient sur 75% de «piles» en se basant sur les études précédentes réalisées avec des étudiants en laboratoire.Réponses honnêtes«En contraste avec ses prédictions, nous avons trouvé que les participants ont répondu honnêtement», déclarent les auteurs de l’étude. 56% des personnes interrogées ont ainsi déclaré que la pièce était retombée sur «face», renonçant ainsi aux 15 euros promis. En recoupant avec des données sociologiques, ils ont même pu affirmer qu’il n’y avait pas de corrélation entre le sexe, la religion ou le milieu sociologique, et le mensonge. L’honnêteté est partout également répandue.«Coût du mensonge»«Cette étude souligne fortement les doutes qui entourent la généralisation des modèles économiques supposant que les gens mentent toujours pour maximiser leurs gains», estiment donc les chercheurs. La plupart hésiterait devant le «coût du mensonge» (peur d’une punition quelconque ou d’une mauvaise réputation, même peu probables) au regard du bénéfice escompté. Evidemment, l’étude n’exclut pas le mensonge, ni le fait qu’un bénéfice important augmente la propension au mensonge. Mais elle prouve que rien n’est aussi simple qu’on le croit. • Retrouvez l\'étude ici (en anglais) 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :