Chypre : Nicosie et la troïka ont finalisé le plan d'austérité

 |   |  1002  mots
Le gouvernement chypriote a finalement trouvé un terrain d\'entente concernant la finalisation du protocole d\'accord avec ses bailleurs de fonds. Une semaine après l\'accord de principe trouvé entre les Européens et Nicosie, les détails du mémorandum doivent encore être trouvés. Les représentants de la troïka sont attendus ce mercredi à Nicosie. Des négociations difficiles qui pourraient ne pas être étrangers à la démission du ministre des Finances, Michalis Sarris, ce mardi.4 % d\'excédent primaire en 2018Un projet d\'accord de 24 pages a circulé sur les réseaux sociaux. Dans ce projet, les bailleurs de fonds accordait une légère concession aux autorités chypriotes, leur réclamant de parvenir à un excédent budgétaire primaire, hors service de la dette, de 4 % du PIB en 2017 et non plus en 2016 comme prévu précédemment. Finalement, ce sera 2018. Chaque année de gagner rend cet objectif plus crédible. Mais les conditions du document demeurent sévères. En 2014, le déficit primaire ne devra pas être supérieur à 4,5 % du PIB. Autrement dit, avec une économie à l\'agonie, Nicosie va devoir en quatre ans réaliser un effort représentant 8 points de PIB...Réformes des retraites et de la santéOutre l\'augmentation de l\'impôt sur les sociétés de 10 à 12,5 %, le gouvernement va devoir réajuster l\'impôt foncier. La TVA sera augmentée de 17 % à 19 % d\'ici 2014 et le taux réduit de 8 % à 9 %. Mais c\'est surtout sur les dépenses que va porter l\'effort principal. Le système de retraite sera profondément réformé. L âge de départ à la retraite, actuellement fixé à 65 ans, sera réajusté automatiquement tous les 5 ans à partir de 2018 afin de l\'ajuster à l\'espérance de vie. En attendant, il sera augmenté de 6 mois par an en attendant, soit jusqu\'à 67,5 ans. Parallèlement, pendant 10 à 15 ans, la durée de cotisation minimale sera augmentée d\'un an par an. Enfin, les systèmes spéciaux, notamment de fonctionnaires, seront fortement « normalisés. » Les pensions des fonctionnaires seront gelées pour 2 ans. Le système de santé sera également fortement revu. Avec à la clé, une réduction des personnes bénéficiant de la gratuité des soins, une augmentation de 30 % des coûts pris en charge par les assurés et la mise en place d\'un système de médecin référent. Un plan de privatisation sera également mis en œuvre. De façon générale, il s\'agira de \"mieux cibler\" les transferts sociaux. L\'échelle mobile des salaires sera enfin de facto démembrée. Nicosie se vante cependant d\'avoir obtenu quelques concessions sur le nombre de postes de fonctionnaires supprimés (4.500 au lieu de 5.000) et d\'enseignants. La fin de la LaïkiL\'essentiel de la contribution de Chypre porte cependant encore sur la participation des déposants au plan de sauvetage. Conformément à l\'accord trouvé, la Banque centrale de Chypre a annoncé la dissolution ce mardi de la Laïki, la banque populaire de Chypre. Les dépôts de moins de 100.000 euros, qui sont protégés, ont été transférés à la Banque de Chypre, ainsi que les dépôts « protégés » des institutions financières, des compagnies d\'assurance, des municipalités, du gouvernement, des institutions éducatives et des œuvres de charité. Les activités grecques de la Laïki ont été cédées à la Banque du Pirée.Gel des dépôts à la Banque de ChypreTous les autres dépôts ont été affectés à une « bad bank » et seront utilisés pour épurer les actifs toxiques. Leur contribution sera élevée, mais, selon Nicosie, elle sera \"la même que les dépôts de la Banque de Chypre\". Concernant les dépôts de plus de 100.000 euros déposés à la Banque de Chypre, justement, la Banque centrale de Chypre a précisé la procédure suivante. Si les crédits accordés aux clients dépassent les sommes de plus de 100.000 euros déposées, le client n\'est pas concerné par la contribution. Si ce n\'est pas le cas, chaque euro de ce solde est imposée de cette façon :- 37,5 % de ce solde est mué en actions classiques de la Banque de Chypre, donnant droit à dividende et à droit de vote en Assemblée générale- 22,5 % de ce solde est gelé et pourra être transformé en actions si la Banque de Chypre doit être encore recapitalisée. - 40 % de ce solde est gelé pour contenir le risque de liquidité. Il pourra être gelé plus tard.La contribution des déposants de la Banque de Chypre sera donc comprise entre 40 % et 60 %. Cette contribution sera, par ailleurs, protégée puisque les dépôts convertis en action auront priorité pour toucher les dividendes.Menace sur l\'économieIl n\'empêche : la chambre de commerce chypriote a prévenu que les PME de l\'île pourrait subir des pertes considérables en raison du gel de leurs avoirs et, pour certaines, fermer leurs portes, faute de liquidités. Nicosie ne précise pas être parvenu à des assurances sur le déblocage rapide  des fonds afin d\'éviter l\'asphyxie des entreprises. Parallèlement, malgré le carcan du mémorandum, le gouvernement chypriote entend mener des mesures de soutien à l\'économie : réductions d\'impôts en cas de réinvestissement des bénéfices, accélération des attributions de permis pour les grands travaux ou encore développement des activités de casinos et de jeux.En échange de ce rude mémorandum, Chypre obtiendrait donc 10 milliards d\'euros du MES à un taux de 2,5 %. Ce qui est moins que le taux appliqué à la Grèce et au Portugal. Mais, comme dans les précédents mémorandums, les ambitions et les buts de ce protocole semblent très ambitieux.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :