Le directoire de la Bundesbank sanctionne son dirigeant xénophobe

2 mn

La Bundesbank tente de sauver son image. Dans un court communiqué publié ce jeudi en fin d'après-midi, le directoire de la banque centrale allemande a annoncé avoir déposé auprès du président fédéral Christian Wulff une demande d'exclusion de son propre membre, Thilo Sarrazin. En attendant, ce dernier a été dessaisi de toute compétence au sein de la banque. Cette décision a été prise, précise le communiqué, « à l'unanimité ». Peu après, la chancelière Merkel a salué « avec un grand respect la décision indépendante du directoire ». Elle avait, comme le ministre des Finances Wolfgang Schäuble et l'ensemble de la classe politique, invité il y a plusieurs jours la « Buba » « à se saisir du problème  ». Il était donc urgent d'agir pour la banque centrale. Car l'affaire Sarrazin commençait à devenir une « affaire Bundesbank ». Thilo Sarrazin, ancien responsable social-démocrate des finances de Berlin, nommé l'an dernier au directoire de la « Buba », a provoqué de nouveau le scandale après plusieurs déclarations douteuses sur les immigrés et les Juifs. Jusqu'ici, l'institution « Buba » avait tardé à réagir. La réunion de crise du directoire ce mercredi n'avait pas débouché sur une décision. Selon « Handelsblatt », le président de la Bundesbank, Axel Weber, devait faire face à la mauvaise volonté de ses collègues du directoire, peu enclins, au nom de la sacro-sainte indépendance de la banque centrale, à se soumettre aux exigences des médias et des politiques. Suspicion de divisionL'image de l'institution, roc de la confiance au sein de la zone euro, commençait donc à souffrir de cette indécision et de cette suspicion de division. La question de la gouvernance au sein de la Bundesbank commençait à devenir une question politique. Les Verts ont ainsi proposé de réformer le mode de nomination des membres du directoire en procédant désormais à des appels à candidature à l'international et en soumettant les candidats à une audition devant la commission des finances du Bundestag. Aujourd'hui, les membres du directoire de la Buba sont nommés pour moitié par le gouvernement fédéral et pour moitié par les régions (via le Bundesrat) et leurs postes en interne sont définis par le président. Cette proposition a été rejetée par la coalition au pouvoir, mais la Bundesbank pouvait devenir un sujet de débat politique, ce qui peut remettre en cause son indépendance. Enfin, pour Axel Weber, candidat officieux à la présidence de la BCE, la banque centrale européenne, en 2011, la situation devenait très délicate. Reste à savoir si, à présent, les plaies ouvertes pourront être aisément refermées. D'autant que, si Christian Wulff devrait sans difficulté exclure Thilo Sarrazin, ce dernier pourrait entamer une action en justice. Certains experts estiment que son exclusion ne se justifie pas en droit. Romaric Godin, à Francfort.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.