Trois indicateurs à suivre...

 |   |  447  mots
375.235 personnes (en équivalent temps plein) « participent aux activités de R&D » en France, selon l'Observatoire des sciences et des techniques (OST), dont 59 % sont chercheurs et enseignants-chercheurs. En dix ans, le nombre de personnes travaillant dans la R&D a progressé de 21 % ; celui des chercheurs de... 45 %. Le fossé entre recherche académique et recherche appliquée serait en train de se combler. De fait, selon l'OST, 55 % des chercheurs travaillaient dans le public il y a quinze ans. À l'inverse, en 2007, ils étaient 56,2 % à oeuvrer dans les laboratoires des entreprises. Depuis 1981, leur nombre a même plus que triplé dans le privé. Mais attention, nuance l'OST, cette inversion n'est pas due à un relâchement des efforts du public (dont les chercheurs sont passés de 80.716 en 1997 à 97.100 en 2007) mais à une croissance plus marquée du personnel dans les entreprises. C. J.Principal levier du gouvernement pour stimuler la recherche des entreprises et les partenariats avec les laboratoires publics, le crédit impôt recherche (CIR) n'a pas échappé à la rigueur, même si le coup de rabot est symbolique. En effet, l'avantage fiscal des entreprises qui investissent pour la première fois dans la recherche via le CIR a été réduit de 50 % à 40 % la première année, et de 40 % à 35 % la deuxième. Le gain pour l'État est de 100 millions d'euros, à comparer aux 2,1 milliards d'euros que coûte le dispositif aux finances publiques. Pour soutenir le financement de la recherche dans les PME, le gouvernement a prolongé pour ces seules entreprises le remboursement anticipé du CIR décidé en 2009 au plus fort de la crise. Cette mesure d'urgence ne concerne plus les autres entreprises qui devront, comme avant 2009, attendre trois ans pour voir leur CIR remboursé par l'État. F. Pi.Un peu plus de 16.100 brevets ont été déposés en France en 2009, selon les derniers chiffres publiés par l'Inpi (Institut national de la propriété industrielle). C'est un peu moins bien qu'en 2008 (? 3,6 %) mais ce bilan révèle une tendance intéressante : une hausse de 6,8 % des dépôts des PME, l'Inpi ayant lancé une vaste campagne de sensibilisation à la protection de l'innovation à destination des petites entreprises. Dans le top 10 des plus gros déposants, derrière les leaders PSA, Renault et L'Oréalcute;al, trois organismes de recherche publics sont présents, le CEA, le CNRS et l'IFP (Institut français du pétrole), signe encourageant de la prise de conscience des chercheurs à mieux valoriser leurs travaux. Le cru 2010, qui sera connu dans quelques semaines, devrait afficher des résultats satisfaisants même s'il couvre la période marquée par la crise économique. L. P.Nombre de chercheursLe crédit d'impôt rechercheBrevets

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :