Entreprises et identité nationale

 |   |  268  mots
Pas moins de deux pétitions, déjà, contre le « Grand Débat sur l'identité nationale » qui doit s'achever, le 4 février 2010, à un mois des élections régionales. À l'évidence, le sujet clive la France. Les uns refusent d'entrer dans un débat qu'ils jugent dangereux et instrumentalisé par le pouvoir ; les autres radicalisent le combat pour réclamer la suppression du ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale. Et si le principal enseignement de ce débat sur le débat était que les Français s'intéressent à la question de leur identité. Tout ceci fait penser au dessin « Un dîner en famille » du caricaturiste Caran d'Ache publié dans « Le Figaro » pendant l'affaire Dreyfus, intitulé sobrement : « Ils en ont parl頻. Si en parler est légitime, justement pour surmonter les peurs et la tentation du repli sur soi communautaire, encore faut-il dire pour quoi faire. C'est là que l'on peut s'interroger sur les grandes absentes du débat : les entreprises. En dehors de l'initiative de l'institut Montaigne, fondé par Claude Bébéar, le monde patronal est étrangement silencieux sur le sujet. C'est pourtant aussi dans le monde de l'entreprise, autant qu'à l'école, que se trouve la recette du creuset républicain qui remettra en marche la machine à intégrer et à assimiler. Prise à parti sur la question de l'emploi illégal de sans-papiers, concernée au premier chef par la question des discriminations à l'embauche, l'entreprise a beaucoup à dire, et à faire, pour assurer l'égalité des chances et faire de la diversité française l'atout qu'elle devrait être pour notre pays. pmabille@latribune.frphilippe mabille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :