« Peu d'entreprises ont pris le problème de manière systémique »

 |   |  338  mots
STRONG>Damien Palacci, associé chez BearingPoint, spécialiste du pilotage de la performance et de la gestion des risquesÀ la lecture de votre étude, les directeurs financiers semblent plus satisfaits des tableaux de bord que les directeurs opérationnels. Est-ce vraiment le cas ?Du point de vue des directeurs opérationnels et des directeurs généraux, il existe un niveau d'attente très fort sur les tableaux de bord car ils permettent de faciliter la mise en oeuvre de la stratégie. Les directeurs financiers pensent d'abord reporting mais, si on pousse la conversation avec eux, on découvre qu'ils partagent les griefs et les pistes d'amélioration des directions opérationnelles.Avez-vous été surpris par certains résultats de votre étude ?Les nombreux entretiens individuels de l'étude montrent la constante recherche d'amélioration de la part des utilisateurs. En revanche, si on fait la liste des facteurs clefs de succès d'un tableau de bord efficient, il y a très peu d'entreprises, moins de 10%, qui peuvent cocher toutes les cases satisfaisant tous les critères. Certaines entreprises ont travaillé sur les systèmes et les outils de business intelligence, sans pousser la démarche jusqu'à son terme pour les utiliser. On arrive à des indicateurs peu utiles, avec des chiffres qui sortent trop tard et un contrôle de gestion qui n'est pas impliqué. Peu d'entreprises ont pris le problème de manière systémique en avançant pas à pas.Les éditeurs de « business intelligence » assurent que leurs solutions permettent de rendre de grands services aux entreprises. Faut-il les croire ?Bien entendu, les éditeurs cherchent à promouvoir leurs solutions. Cela dit, les résultats d'étude montrent que le levier système d'information est incontournable. Aujourd'hui, de nombreux produits existent et fonctionnent bien. Ils permettent d'avoir très rapidement un tableau jusqu'au BlackBerry ou à l'iPhone. Ce qui est difficile par la suite, c'est d'avoir un système d'information suffisamment flexible pour s'adapter aux divers cas de l'entreprise. Il n'y a pas de vérité unique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :