Le Canada aussi s'intéresse aux Mistral de DCNS

C'est un dossier qui intéresse déjà beaucoup le nouveau ministre de la Défense, Alain Juppé, qui garde une affection particulière pour le Canada depuis son long séjour en 2005. L'ancien Premier ministre était alors parti se ressourcer loin de Paris, à Montréal, où il avait pu enseigner à l'Ecole nationale d'administration publique, l'équivalent de l'ENA, à la suite de sa condamnation pour avoir violé la loi sur le financement des partis politiques. Ignoré par l'industrie de défense française, le Canada a exprimé, selon nos informations, un « très fort intérêt » par l'achat de deux navires de la classe Mistral, un bâtiment de projection et de commandement (BPC), encore baptisé par les marins de « couteau suisse » pour ses multiples emplois.La marine canadienne a besoin de plusieurs porte-hélicoptères, qui mouilleraient sur les côtes Pacifique et Atlantique. Dans ce cadre, DCNS est en train de prospecter des chantiers navals, au Québec notamment, pour les associer industriellement au contrat, après le feu vert du gouvernement canadien. Car les deux BPC seront fabriqués sur place, selon la stratégie choisie par DCNS pour gagner. À l'image de sa politique actuelle de partenariats, le groupe naval souhaite développer des accords de coopération avec le tissu industriel canadien. S'il réussit à convaincre Ottawa, le groupe tricolore viserait une signature en 2012.À ce jour, DCNS a fabriqué pour la marine nationale deux BPC (Mistral et Tonnerre entrés en service en 2006 et 2007) et doit en livrer un dernier, le Dixmude, en 2012. Par ailleurs, la Russie a signé en décembre avec DCNS un protocole d'accord pour l'achat de deux porte-hélicoptères (plus deux en option) « désarmés » - selon le ministère de la Défense - et dont deux doivent être fabriqués par le chantier russe OSK. L'Hôtel de Brienne se montre confiant dans la signature prochaine du contrat, même si tout le montage industriel reste à conclure. Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.