Entendu sur BFM

 |   |  251  mots
« Si un produit toxique est découvert, les nouvelles autorités bientôt mises en place seront capables de l'interdire. Si nous diagnostiquons un risque dans une banque, nous pourrons prendre des mesures comme l'interdiction de certaines activités ou encore l'interdiction de distribuer des dividendes. Nous travaillons également sur la création d'une contribution pour payer le redressement éventuel d'un établissement bancaire avant qu'il ne soit trop tard. Nous aurons maintenant les moyens de réagir?! »Michel Barnier, commissaire européen en charge des services financiersFrançois Auque, PDG d'EADS AstriumLe sujet n'est pas la concurrence en Europe, elle existe. Le sujet, c'est que pour se battre contre les Russes et les Coréens demain, il n'y a qu'Astrium et marginalement Thales. Aujourd'hui, on refuse en Europe de se donner les moyens nécessaires. La politique industrielle n'existe pas, c'est une hérésie?! On ne parle que de la politique de la concurrence, simplement le secteur spatial, comme d'autres secteurs, n'obéit pas à la concurrence pure et parfaite. »Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FOIl faut une cotisation faible que l'on mutualise au niveau national qui permette aux salariés, dans les entreprises concernées par des métiers pénibles, de partir plus tôt. Si l'on met une taxe ou une cotisation uniquement dans l'entreprise où il y a de la pénibilité physique, ça sera insupportable pour l'entreprise, donc il faut que les employeurs acceptent une forme de solidarité qu'ils refusent pour le moment. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :