Comment l'allemand BMW vole-t-il de record en record, malgré la crise ?

 |   |  900  mots
PSA brûle 200 millions d\'euros de cash par mois et doit supprimer 8.000 emplois, Ford prévoit plus d\'un milliard d\'euros de pertes en Europe cette année et ferme deux usines, Fiat n\'est sauvé que par les profits de son allié américain Chrysler et Opel cumule des déficits chroniques. Pendant ce temps-là, l\'allemand BMW nargue insolemment ses concurrents en affichant  une santé de fer et de nouveaux profits... record. Le constructeur automobile annonce ce mardi un troisième trimestre historique, avec un bénéfice net en hausse de 16% à 1,29 milliard d\'euros, un résultat encore meilleur qu\'attendu par les analystes. Le résultat opérationnel (Ebit) est en hausse également de 14% à 2 milliards. Pour un chiffre d\'affaires en croissance de 14% à 18,8 milliards d\'euros.Superbes margesSur neuf mois, les ventes en volumes ont crû de 8,3% à 1.335.502 unités. Les effectifs se sont accrus de 4,3% à 104.668 personnes dans le monde. Sur la période, le chiffre d\'affaires a augmenté de 11,6%. Le résultat net a toutefois un peu fléchi de 2,8% à 3,91 milliards. La marge atteint les 11% (activité automobile seulement). Soit l\'une des meilleures du monde, derrière Porsche! Le groupe bavarois mise sur des performances record pour l\'ensemble de l\'année \"en termes de volume de ventes et de bénéfices avant impôts\". Sauf aggravation de la situation économique, BMW compte atteindre une marge opérationnelle dans le haut d\'une fourchette comprise entre +8% à +10%  sur l\'exercice.... et au-delà.Qualité des produitsMais comment fait donc BMW pour aligner de telles performances ? Son succès repose essentiellement sur la qualité de ses... produits. Les BMW bénéficient d\'un design traditionnellement élégant, raffiné, d\'une finition flatteuse à l\'intérieur, d\'une technologie très avancée, de moteurs et châssis ultra-performants. Une BMW 330d diesel affiche  ainsi la bagatelle de 258 chevaux , autorisant des accélérations et reprises fabuleuses, mais ne consommane que 8,2 litres aux cents comme n\'importe quelle compacte deux fois moins puissante - ainsi que nous l\'avons constaté lors d\'un récent essai! L\'agrément de conduite n\'empêche pas les économies d\'énergie et réductions des émissions de C02. BMW affiche d\'ailleurs les meilleurs rapports puissance-performances-rejets de gaz à effets de serre. Soutien des pouvoirs publicsCette remarquable technicité a été favorisée, il faut le dire, par les pouvoirs publics allemands qui ont maintenu des autoroutes sans limitation de vitesses et n\'ont jamais mis de pression fiscale sur le haut de gamme. Du coup, les constructeurs germaniques se sont orientés vers ce créneau à valeur ajoutée hautement lucratif , forgeant la réputation des voitures d\'outre-Rhin dans le monde entier. Dans le même temps, Renault et PSA se sont concentrés logiquement sur les petits véhicules, un segment à faibles marges hautement concurrentiel, sous la pression de la politique fiscale et des discours\" anti-voiture\" des pouvoirs publics hexagonaux et autres responsables politiques ou gourous idéologiques. Un choix défendable... mais qui est grandement responsable aujourd\'hui de la médiocre image et de l\'état de déliquescence de l\'industrie automobile tricolore!IntercontinentalisationAvec une telle réputation, bâtie par des générations de véhicules performants et raffinés vendus cher et dégageant de forts profits, BMW s\'impose en Europe et en-dehors, résistant à la crise. La firme munichoise a écoulé 359.103 véhicules en Asie sur neuf mois (+27,1%). En Amérique du nord où elle dispose d\'une solide base industrielle en Caroline du sud, la société en a vendu 264.207 (+7,4%). En quatre ans, BMW a doublé les capacités de production aux Etats-Unis, qui exportent 80% de leurs volumes. En Chine, la firme vient d\'oubrir une nouvelle usine, à Tiexi. Et, dès 2014, elle produira au Brésil.Usines à plein régime\"Nos usines tournent à pleines capacités partout dans le monde, y compris en Europe. Nos sites européens exportent une part importante de leur production. Jusqu\'au démarrage récent de notre nouvelle usine en Chine, le (4x4) X1 était produit pour le monde entier à Leipzig. Tous nos Touring (breaks) sont fabriqués à Munich, notre Série 7 (limousine) à Dingolfing\", expliquait récemment dans une interview à La Tribune Ian Robertson, directeur des ventes et du  marketing du consortium. \"Nos concurrents qui ont de fortes surcapacités sont trop concentrés sur une seule région du monde\". BMW n\'est est pas moins en manque de capacités en Europe! Il s\'apprête ainsi à démarrer la production  des Mini aux Pays-Bas. \"Les usines allemandes n\'ont aucun handicap de compétitivité par rapport à notre site américain, par exemple. Il peut y avoir des différences de durée annuelle du travail, mais nos usines sont toutes aussi efficaces\", relevait Ian Robertson.Le marché du haut de gamme porteurLe marché du \"Premium\" continue de \"mieux se comporter que le marché total en Europe. Il représente une part conséquente du marché en Europe comme dans le monde\", assure Ian Robertson, soulignant que BMW  développe aussi \"une stratégie avec des petits modèles sur des plates-formes communes avec notre marque Mini. Nous aurons dix modèles. Mais pas seulement pour l\'Europe\". Une belle réussite pour la firme germanique qui était en faillite à la fin des années 50!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :