Une nouvelle défaite pour Nicolas Sarkozy

 |   |  467  mots
Voici donc une nouvelle défaite pour Nicolas Sarkozy. Cette fois il ne s\'agit pas de prétendus rôles au cœur d\'affaires en cours d\'instruction : Béttencourt, Karachi, Tapie, mais d\'une décision de notre Conseil des Sages. Nicolas Sarkozy, toujours imprévisible, a choisi de quitter ses collègues conseillers constitutionnels pour semble-t-il : « retrouver sa liberté de parole ». Les rédactions des deux 20h du pays se frottent les mains, enfin voici venu le temps du retour, si attendu, de l\'ex Président. Une prise de parole grand public cette fois, la première depuis sa dernière défaite, celle de l\'élection présidentielle. Voici une audience record potentiellement promise.  Autre conséquence directe de la décision du Conseil Constitutionnel, l\'UMP se retrouve en grande difficulté financière après une défaite législative qui avait déjà raboté ses ressources publiques. Immédiatement Jean-François Copé a sauté dans les écrans pour sauver le mouvement populaire mais aussi la démocratie et a tenté de lancer une grande campagne de crowdfunding digitale et terrain. Très en ligne avec cette déclaration, selon l\'AFP, Nicolas Sarkozy déclare ce vendredi matin qu\'est menacé le débat démocratique et qu\'il va s\'engager pour le préserver. Revenir ?Pas de base narrative conquéranteOn peut raisonnablement imaginer que l\'ex Président se serait bien passé de ce nouvel épisode négatif. Qu\'il soit tenté ou non de revenir dans l\'espace de la politique active. Peut-il s\'agir d\'une opportunité ? Victime, complot, chasse à l\'homme ... il est difficile de jouer sérieusement ce rôle pour la marque Sarkozy et surtout il ne s\'agit en rien d\'un base narrative conquérante pour un futur prétendant au titre suprême. Surtout lorsque l\'on a déjà exercé la fonction. Il ne s\'agit pas non plus d\'un avantage pour notre pays et sa part de voix internationale.La thématique du recours, plus performanteLa thématique du recours, celle de la responsabilité du « héros » face à la crise et aux prétendues errements et insuffisances hollandiennes et socialistes conserve un potentiel de performance plus proche du réel, le sien et le nôtre aussi,  et de nos intérêts respectifs.A l\'UMP, entre les interventions des soutiens de Nicolas Sarkozy qui déroulent la narration du complot, et les silences des autres, la parole semble solidaire. Pour l\'instant. Qu\'en sera-t-il demain ? La note devra être payée collectivement. La parole et les comportements vont nécessairement évoluer, se libérer ? On peut compter, notamment, sur François Fillon pour réagir concrètement. Vivement le week end ! 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :