Entendu sur BFM

 |   |  257  mots
« On va avoir cette année un déficit de 4 milliards d'euros. On a une convention à négocier avec nos partenaires syndicaux d'ici à quelques mois, il va falloir se pencher sur la manière de combler ce déficit. On demande de la rigueur au gouvernement dans la gestion de son budget, des retraites. Il faut aussi qu'on soit exemplaire dans la gestion de l'assurance chômage. Si on ne fait rien, on va vers 15 milliards de déficits. »Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président de l'UnedicMichel Pébereau, président de BNP ParibasJe ne sais pas s'il y a une bulle obligataire aujourd'hui, sincèrement. Il y a un besoin de financement des États tout à fait considérable. D'ordinaire, lorsque la demande de capitaux est aussi forte, les taux d'intérêt ont plutôt tendance à monter qu'à baisser. La baisse actuelle est étonnante. Cela dit, elle s'accompagne d'un élargissement des taux de risque, ce qui est sain. Les emprunteurs doivent savoir qu'il y a des limites à l'endettement. »Marc-Emmanuel Vives, premier adjoint du directeur général de Rosbank (Groupe Société Généralecute; Générale)On va avoir un bon niveau de croissance en Russie cette année, de l'ordre de 4 à 5 %. En revanche, comme tout se passe au niveau mondial, ce n'est pas une reprise très franche. Il y a encore pas mal de problèmes sur le crédit bancaire. Du côté des particuliers, on sent une nette reprise, mais c'est beaucoup plus calme du côté des entreprises. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :