Les fabricants aussi financent l'achat des terminaux

 |   |  322  mots
Les offres de remboursement, ou « ODR » comme les appellent les opérateurs, sont monnaie courante dans la téléphonie mobile. Ce sont ces petites notes en bas des affiches précisant que le prix de 1 euro avec astérisque correspond en réalité à 99 euros moins 98 euros remboursés. Le client paie bien son téléphone 99 euros à la caisse mais se fait rétrocéder, sous 8 à 12 semaines, après avoir renvoyé un coupon, une preuve d'achat et un RIB, la différence, en général sur sa facture mobile. Signe de la rudesse de la concurrence, les fabricants s'y mettent aussi avec leurs propres ODR. Depuis un mois, Samsung rembourse 50 euros sur l'achat de son modèle phare Galaxy S. À Noël l'an dernier, Nokia remboursait 100 euros sur celui de son N97 mini. Démocratiser les innovations« C'est tactique, c'est un calcul économique pour booster les volumes », décrypte un concurrent. Presque tous les fabricants s'y adonnent désormais, de façon plus ou moins ponctuelle. À l'exception d'Apple, qui aurait obtenu des opérateurs que son iPhone soit mieux subventionné que les autres téléphones. Un constructeur moins couru, qui ne décroche pas auprès des opérateurs un niveau de subvention suffisant pour être compétitif a recours à ces ODR afin de « remettre un produit dans le marché, de repositionner son prix sous les 100 euros par exemple », explique l'un d'eux. Un téléphone à plus de 49 euros avec un compte bloqué ne se vendrait tout simplement pas. En outre, « les subventions des opérateurs ont tendance à diminuer, sauf en fin d'année », observe un des premiers constructeurs mondiaux. À son grand dam, car il reconnaît que « ce système nous appuie, en cas de rupture technologique, il nous aide à démocratiser les innovations. Les pays aux subventions moins fortes ont un taux de pénétration des smartphones plus faible qu'en France et au Royaume-Uni. » D. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :