Terres d'Aventure veut dépasser les frontières

 |   |  381  mots
« Nous sommes le numéro deux mondial des voyages en randonnée, derrière un américain qui fait le double de notre taille ; la première place mondiale n'est donc pas inaccessible », constate Lionel Habasque, le PDG de Terres d'Aventure, une division du groupe Voyageurs du Monde. Il s'est donné pour objectif prioritaire d'accélérer sa croissance en se développant à l'étranger. « Dans trois ans, nous serons implantés en Suisse, en Italie, en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas, certainement grâce à des accords avec des partenaires locaux », précise le dirigeant.Ce dernier veut surfer sur le succès des vacances en randonnée. « La demande progresse en moyenne de 5 % à 10 % par an et, lors de crises comme celle de 2009, qui s'est traduite par un recul d'environ 10 % de la demande de voyages, nous restons stables », se félicite Lionel Habasque. Terres d'Aventure, « Terdav » pour ses clients, a ainsi enregistré un chiffre d'affaires de 44 millions d'euros en 2009, au même niveau que celui de 2008. La société prévoit pour 2009 d'afficher une marge nette de l'ordre de 2 %.Les voyageurs, dont une majorité de femmes (60 % des clients), choisissent ce mode de vacances car il concilie dépense physique et tourisme en petit groupe (une dizaine de personnes). Les voyages ne sont pas réservés aux sportifs. Huit clients sur dix optent pour les circuits les plus faciles. Une gamme de circuits est même accessible aux familles accompagnées d'enfants. Ces voyages, lancés il y a dix ans, représentent désormais 20 % des départs du tour-opérateur. Au fil des ans, pour s'adapter à la demande, le groupe a progressivement amélioré la qualité des hébergements aux étapes. Les nuits sous la tente ne font plus vraiment rêver.1.400 circuitsLa France, avec 10 % des départs, est la première destination, devant le Maroc, le Portugal, l'Italie, la Tanzanie, l'Égypte et le Népal. La Mauritanie, qui a longtemps été une destination vedette pour ce genre de voyage, est actuellement fermée aux voyageurs. « Nous avons l'habitude de ce type d'aléas », explique le dirigeant, qui vient aussi d'acter l'interdiction aux voyageurs de se rendre en Libye. Avec 1.400 circuits proposés, les clients de Terdav trouvent quand même chaussure à leur pied. Héléna Dupuy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :