Eric Woerth espère que l'IGF va le dédouaner

 |   |  315  mots
Saisie par le ministre du Budget le 29 juin afin de « mettre tout sur la place publique » concernant la gestion par Bercy du dossier fiscal de Liliane Bettencourt, l'Inspection générale des finances (IGF) vient de remettre son rapport à son commanditaire. Comme il s'y était engagé, François Baroin devrait le rendre public avant lundi.Son collègue et prédécesseur au Budget, Eric Woerth, attend évidemment beaucoup de ce rapport. Soupçonné d'avoir fermé les yeux sur des opérations d'évasion fiscale de l'héritière l'Oréal, généreuse donatrice de l'UMP dont il est le trésorier et alors même que sa femme était l'une des conseillères en patrimoine de celle-ci, Eric Woerth espère que l'IGF constatera qu'il n'a donné ou fait donner aucune instruction en ce sens. Un sujet ultra-sensible Pour l'IGF et son patron, Jean Bassères, éphémère directeur de cabinet de Laurent Fabius à Bercy en 2000, le sujet est ultra-sensible, mais la mission n'a rien d'anormale. L'IGF est avant tout un corps de contrôle de l'administration ? en l'occurence celle des Finances ? comme il en existe une vingtaine en France (dont l'Inspection générale de l'administration, dépendant de l'Intérieur, ou l'Inspection générale des affaires sociales...). Parmi la centaine de missions que l'IGF réalise chaque année, une majorité concerne le fonctionnement des services de Bercy. Les jeunes inspecteurs sortis dans les premiers de l'ENA (cinq en moyenne par an) doivent d'ailleurs effectuer obligatoirement quatre ans de « tournée », pendant lesquels ils contrôlent des services fiscaux ou douaniers à travers l'Hexagone avant de pouvoir quitter le corps. Un quart choisit alors de pantoufler directement dans le privé. D'ailleurs, sur 250 membres du corps, seuls 90 sont actuellement en poste à l'Inspection, dont 40 inspecteurs généraux. Les autres ? Dans les cabinets, les entreprises publiques ou dans le privé. P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :