Les banques brésiliennes parmi les plus rentables du monde

 |   |  400  mots
Les trois premières banques brésiliennes (Itau Unibanco, Banco do Brasil et Bradesco) devraient afficher une rentabilité exceptionnelle en 2010 et entendent développer leur modèle à l'étranger : Itau Unibanco rêve ainsi de devenir leader en Amérique latine. C'est à la forte expansion du crédit que ces banques doivent leurs bonnes performances : il représente près de 45 % du PIB de la première puissance économique d'Amérique du Sud.Les cartes de crédit et de débit sont un moyen idéal de distribution de crédit et des alliances stratégiques se dessinent entre grandes banques. Les rivales Banco do Brasil (contrôlée par l'État) et Bradesco (privée) ont créé un partenariat en ce sens fin avril, avec pour ambition de capter 15 % du marché brésilien aux dépens de Visa et Mastercard. Et le leader du crédit hypothécaire au Brésil, Caixa Economica Federal, vient d'annoncer qu'il allait rejoindre cette alliance, nommée Elo.Regardant plus loin que le Brésil pour étendre leur bras financier, les grandes banques comme Banco do Brasil et Bradesco misent sur la communauté lusophone africaine. Elles ont ainsi annoncé lundi qu'elles allaient entrer au capital de BES Africa, filiale de la première capitalisation boursière portugaise, Banco Espirito Santo SA. L'alliance, qui utilisera notamment le réseau établi par la banque ibérique dans les anciennes colonies portugaises (Mozambique, Cap-Vert et Angola), répond à de nombreuses attentes. D'abord à la demande croissante de prêts et de cartes de crédit en Angola, en Afrique du Sud et au Maroc. Ensuite aux besoins en services financiers des entreprises portugaises et brésiliennes présentes en Afrique. Et, à terme, à des prises de participation dans le secteur bancaire africain, grâce à la force de frappe financière des banques brésiliennes.l'État s'impliqueCette démarche commerciale lancée par les banques est d'ailleurs développée dans les plus hautes sphères de l'État brésilien. Quand le ministre des Finances Guido Mantega déclare « le continent africain est le futur », l'emblématique président Lula aimerait voir le Brésil place financière de choix pour les pays en développement. Banco de Brasil va très vite en la matière, ayant déjà acquis en avril la majorité du capital de la troisième capitalisation bancaire argentine, Banco Patagonia.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2018 à 6:04 :
Bonjour, je veux une connexion bancaire entree Haïti et Brésil pour me transférer mon argent en tout sécurité . Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :