Le volet gouvernance d'entreprise de la loi Dodd-Frank

 |   |  116  mots
En promulguant la réforme de la régulation aux États-Unis, le président Obama avait souligné que les actionnaires auront leur mot à dire en matière de rémunération des dirigeants. La loi Dodd-Frank exige en effet des sociétés qu'elles organisent un vote sur la rémunération des dirigeants au minimum tous les trois ans. Si ce vote n'a qu'un caractère consultatif, il pourrait toutefois pousser davantage les conseils d'administration à écouter les actionnaires, au risque de voir leur mandat non renouvelé par la suite. Les comités de rémunération devront être composés exclusivement de membres indépendants et répondre à des critères d'indépendance renforcés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :