L'avion militaire décolle enfin

 |   |  195  mots
Plus de six ans après son lancement, l'avion de transport militaire A400M doit effectuer ce vendredi son premier vol d'essai à Séville. Avec deux ans de retard en raison de multiples péripéties industrielles (voir notre enquête page 10). Les premières livraisons des 180 appareils commandés par l'Allemagne, l'Espagne, la France, le Royaume-Uni, la Turquie, la Belgique et le Luxembourg ont été décalées de plus de trois ans, à 2013. D'où un surcoût total estimé à près de 8 milliards d'euros.Le groupe d'aéronautique et de défense, qui a déjà provisionné 2,4 milliards, demande donc un effort supplémentaire aux pays clients. Il ne veut pas payer 5 milliards de plus à un moment où les investissements d'Airbus sont très importants, avec l'A350 et les problèmes non résolus de l'A380. Des négociations sont donc en cours pour se répartir la facture avec les pays clients. Soit en augmentant les prix, soit en réduisant les commandes, soit en révisant à la baisse les spécificités de l'avion. Une réunion sur ce sujet est prévue à Séville ce vendredi entre EADS et ses clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :