Divine surprise

 |   |  346  mots
On se demandait si la salve de résultats trimestriels allait satisfaire la horde d'investisseurs et d'analystes à l'affût de la moindre nouvelle pour réagir sur les marchés : les performances délivrées à ce jour par les entreprises du CAC 40 ont clairement constitué la bonne surprise de cette rentrée. Et pourtant la barre était haute. Forts d'un premier semestre déjà très encourageant, les spécialistes avaient presque tous relevé leurs anticipations de résultats pour l'exercice 2010. Les chiffres d'affaires des mastodontes de la cote sont pourtant au rendez-vous. Qui l'eût cru, après la série de nouvelles inquiétantes émises par les États-Unis mais aussi par la vieille Europe, malade de sa dette et de ses dérapages budgétaires ? Comment les fleurons français ont-ils réussi à passer entre ces gouttes empoisonnées ? Le carburant des pays émergents est, certes, entré pour une large part dans ce bilan. Mais ce qui est vrai pour le luxe l'est-il aussi pour l'automobile, l'autre grand gagnant de ce palmarès à neuf mois ? Rien n'est moins sûr. Renault et Peugeot ont certes de vastes ambitions en Asie mais ils n'y exportent pas à outrance leur production. Et la reprise de leur activité est même telle qu'elle s'est déjà répercutée sur leurs équipementiers. Une bonne maîtrise des dépenses, un marché intérieur plutôt dynamique et l'arrivée opportuniste de nouveaux modèles sont manifestement à l'origine de cette divine surprise. Pour le plus grand bonheur des investisseurs convaincus des qualités des valeurs cycliques en dépit de leur reprise boursière déjà opérée l'an passé. Le problème maintenant pour Renault comme pour LVMH ou L'Oréalcute;al, c'est qu'ils n'ont plus le droit à l'erreur sous peine de redescendre aussi vite en Bourse qu'ils sont montés cette année. Et c'est là où l'on verra leur capacité à affronter les éléments les plus rebelles. Que ce soit les caprices de leur marché ou ceux de la Bourse.ParPascale Besses-Boumardrédactrice en chef

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :