Radio France soutient la radio numérique

 |   |  336  mots
Alors que les grandes radios privées freinent des quatre fers pour passer à une diffusion numérique, ce projet a reçu lundi le soutien de Radio France. « Je milite pour la radio numérique », a déclaré le PDG, Jean-Luc Hees. « C'est vrai qu'elle nécessite des investissements importants. Mais elle sera gratuite pour l'auditeur, et permettra d'étendre la couverture, avec un coût de diffusion deux fois moins élevés à terme », ce qui ferait passer la facture payée par les radios publiques de 70-80 millions à 40 millions. La radio numérique évite aussi de laisser le choix des programmes diffusés à un opérateur télécoms, ce qui est le cas de la radio sur mobile, a-t-il ajouté lors d'un déjeuner de l'Association des journalistes média. Bref, « elle n'offre que des avantages pour une activité de service public ». Il a toutefois admis que « l'état n?est pas encore déterminé dans un sens ou dans l'autre, mais le passage au numérique est inscrit dans la loi ». Par ailleurs, le PDG a indiqué que son cahier des charges en matière de publicité devrait finalement rester inchangé. « Initialement, je pensais élargir le cahier des charges » pour obtenir de nouvelles recettes sans demander plus aux finances publiques. « Mais cela n'a pas rencontré un écho très favorable, car cela aurait pris des ressources publicitaires à la presse. J'ai donc un peu évolué sur le sujet. » Le PDG, nommé il y a un an par Nicolas Sarkozy, a « juré » n'avoir subi aucune intervention de l'élysée ou du gouvernement. Il s'est dit « très satisfait » de l'évolution de France Info, dont « l'érosion a été arrêtée », malgré un repositionnement « très risqué ». Il a ajouté qu'« aucune décision n'est prise » sur le maintien à la rentrée de Stéphane Guillon. Une inflexion dans son discours, lui qui affirmait aux députés il y a un an qu'il « ne mettrait pas à la porte » l'encombrant humoriste. JAMAL HENNI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :