Le vent du changement souffle en Roumanie

 |   |  571  mots
Il y en a à perte de vue. C'est une véritable forêt d'éoliennes qui a poussé tout autour de Fantanele, une petite commune située à quelques dizaines de kilomètres du littoral roumain de la mer Noire, dans l'une des régions les plus pauvres d'Europe. Ici, la compagnie tchèque CEZ a décidé de construire, pour un investissement de 1,1 milliard d'euros, le plus grand parc éolien terrestre d'Europe. Bientôt finalisé, il sera inauguré en septembre prochain. Avec 240 turbines, dont plus de la moitié sont implantées à Fantenele et le reste dans la commune voisine de Cogealac, les Tchèques ont l'ambition de produire 600 mégawatts (MW), soit quasiment la puissance de l'un des deux réacteurs nucléaires que possède la Roumanie.Du jardin de la famille Stanciu, on aperçoit une demi-douzaine d'éoliennes, dont l'une construite sur son propre terrain. Comme pour de nombreux foyers de la commune, c'est une manne pour cette famille modeste, car elle reçoit de CEZ un loyer de trois mille euros par an. Femme de ménage à la mairie, Filofteia touche moins de 150 euros par mois, alors que Constantin, son mari, s'occupe de garder des enfants pour une centaine d'euros en plus. « Toute une vie n'aurait pas suffi pour économiser cette somme », explique-t-elle, enthousiaste. modernisationMais l'arrivée des éoliennes n'a pas seulement profité aux villageois. CEZ soutient aussi plusieurs projets engagés par les autorités locales. Le maire de Fantanele n'est d'ailleurs pas peu fier du terrain multisport qu'il vient de faire construire en partie grâce à la compagnie tchèque. « Vous voyez ce revêtement, c'est le plus moderne du département. Même à Constanta [la préfecture, ndlr] il n'y en a pas un comme ça », explique-t-il, avant d'ajouter : « en plus, ces éoliennes donnent l'impression d'un paysage plus moderne à la commune. »Ici, le vent souffle toute l'année et les immenses plaines légèrement vallonnées des alentours font de la région un lieu idéal pour le développement de cette énergie verte. « à l'heure actuelle, c'est l'un des endroits les plus adéquats d'Europe pour l'implémentation d'éoliennes », soutient la porte-parole du groupe tchèque, Cosmina Marin. Cela n'a d'ailleurs pas échappé aux Espagnols d'Iberdrola, l'une des compagnies les plus importantes dans le domaine. En avril dernier, elle a annoncé la construction du plus grand parc éolien terrestre jamais construit, pour un investissement total d'environ 2 milliards d'euros. Les travaux doivent débuter l'année prochaine et dureront jusqu'en 2017. Une cinquantaine de communes sont concernées, alors que le groupe espagnol prévoit une production électrique totale de 1.500 MW.Si la Roumanie semble devenir le nouvel eldorado de l'énergie renouvelable en Europe, les autorités ont toutefois mis un bémol aux appétits des investisseurs. « Nous soutiendrons les vrais projets, mais nous découragerons les spéculateurs », a récemment déclaré le ministre de l'Economie, Adrian Videanu. D'après lui, le pays enregistre actuellement un nombre de sollicitations pour la mise en place d'éoliennes, qui atteint au total une capacité de production de 23.000 MW. « La Roumanie ne pourra jamais développer une telle capacit頻, estime le ministre, qui prévient que son pays refusera de nombreux projets. Dans un communiqué remis récemment à la presse, les Espagnols d'Iberdrola assurent toutefois avoir déjà obtenu l'accord des autorités roumaines pour se connecter au réseau électrique local.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :