Solaire : Desertec de moins en moins européen ?

Les temps sont durs pour les grands projets d\'énergie alternative. Née en 2009, l\'initiative Desertec, qui vient de tenir son assemblée annuelle, vise l\'installation de 2 gigawatts (GW) de centrales solaires et éoliennes en Afrique du Nord et au Moyen Orient d\'ici à 2050, dont une partie pourrait être exportée vers l\'Europe pour répondre à 15 % de ses besoins, pour un investissement de 400 milliards d\'euros. Lancé par une douzaine de groupes allemands (notamment MunichRe, Deutsche Bank, E.ON ou RWE), le projet a rallié plus d\'une vingtaine d\'entreprises, dont les italiens Terna et Enel, l\'espagnol Red Electrica et le français Saint-Gobain Solar.Après Siemens, Bosch se retireMais après la décision annoncée il y a quelques semaines par Siemens, l\'un de ses membres fondateurs, de vendre ses activités solaires et donc de quitter le projet, c\'est au tour de Bosch et plus précisément de sa filiale Rexroth spécialisée dans les trackers pour le solaire à concentration, d\'annoncer qu\'il ne renouvellera pas son adhésion à la fin de l\'année. Diverses rumeurs circulent d\'ailleurs sur les décisions plus globales que pourrait prendre Bosch quant à ses activités solaires, même si l\'option d\'un abandon pur et simple à l\'instar de Siemens semble peu probable, contrairement à ce qui avait circulé il y a quelques semaines dans la presse allemande.First Solar et le chinois SGCC bientôt actionnaires ?Desertec compte également plusieurs pays partenaires dont la France, l\'Allemagne et l\'Espagne. Cette dernière, justement, tarde à confirmer son investissement dans ce qui devrait constituer le premier projet Desertec, baptisé Saiwan, une centrale solaire de 150 mégawatts (MW) au Maroc. Ce retard freinerait d\'ailleurs la décision de l\'américain fabricant de panneaux solaires à couches minces, First Solar, de devenir actionnaire du projet dont il est d\'ores et déjà associé. Un autre acteur, le gestionnaire du réseau électrique chinois State Grid Corporation of China (SGCC) pourrait également rejoindre le projet. Au grand dam de certains de ses membres fondateurs allemands qui souffrent de la concurrence asiatique, une situation qui a d\'ailleurs conduit à la faillite l\'un d\'entre eux, le spécialiste allemand du solaire à concentration Solar Millenium. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.