La demande d'énergie japonaise bouleversée

 |   |  330  mots
Un tiers des centrales nucléaires japonaises ont été mises à l'arrêt par le tsunami, et au total 7 % de capacités des productions électriques manquent à l'appel. Pour compenser cette raréfaction de l'électricité, qui bloquait lundi une partie des transports tokyoïtes tout en provoquant des pannes de courant un peu partout dans la capitale, le Japon devrait remettre en service ou accélérer les cadences de centrales thermiques traditionnelles. « Étant donné les capacités existantes, le déficit d'offre d'électricité d'origine nucléaire devra être comblé par le charbon, le gaz naturel liquéfié et le fioul », assure Leon Westgate, expert de l'énergie chez Standard Bank. Des probabilités qui se sont rapidement répercutées sur les marchés à terme : le gaz a bondi de 7 % au Royaume-Uni, alors qu'aux États-Unis, il grimpait de 2,9 % à 4.003 dollars par MBTU (*). Les événements dramatiques survenus au Japon sont également susceptibles d'affecter la demande de fioul, un carburant de faible qualité souvent issu de pétroles lourds, qui demande peu de raffinage, et qui peut être utilisé pour produire de l'électricité. Mais la principale ressource attendue à la rescousse des réacteurs endommagés est le charbon. Le prix de la tonne de charbon pour livraison en Europe a bondi de plus de 3 % à 127 euros lundi. Les centrales à charbon, qui représentent un tiers de l'électricité japonaise, devraient être sollicitées sur le long terme : le recours, lundi, à l'eau de mer pour refroidir un des réacteurs de Fukushima, l'écarte définitivement de toute remise en marche. Au total, les émissions de CO2 du pays pourraient aussi être bouleversées par la catastrophe. Selon Trevor Sikorski, expert chez Barclays, elles pourraient grimper de 25 à 35 millions de tonnes de CO2 par an d'ici à 2013. Une hausse qui devrait néanmoins être compensée par l'achat d'AAU, ces crédits Kyoto que certains États, dont la France ou la Slovaquie, cherchent justement à vendre au Japon. A. R.(*) Million de British Thermal Units.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :